L’Afrique a trop longtemps gardé son complexe colonial

Fatou Diome et le complexe colonial

Annonces

Partagez!

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les Européens s’en tiennent en Afrique à des établissements côtiers où ils troquent leurs marchandises contre de l’ivoire et… des esclaves avec les chefs de l’intérieur. C’est seulement dans les années 1870 que les conquêtes coloniales deviendront un enjeu politique.

Fatou Diome, décidément, rien ne la retiendra dans son combat contre l’impérialisme, contre cette Afrique même qui refuse de se libérer de son ancien colonisateur, acceptant sa soumission, sa dépendance, continuant à tendre la main parce que qu’étant simplement complexée.

L’écrivain a fait comprendre, que nos dirigeants diront tout bas. Elle invite les dirigeants africains à unir leurs forces en évitant leur complexe. « Il nous faut utiliser nos réflexions en évitant de tomber dans le piège des colons » dit-elle.

Fatou Diome, née en 1968 à Niodior au Sénégal, est une femme de lettres franco-sénégalaise. Elle est connue dans le débat d’idées avec sa belle plume. Après la parution d’un recueil de nouvelles, La Préférence nationale, en 2001, le roman Le Ventre de l’Atlantique lui vaut une notoriété internationale. La principale cause de cette colonisation était la montée du nationalisme en Europe.

En effet, après l’unification de l’Italie et de l’Allemagne, les états européens désiraient s’affirmer. La conquête des colonies leur a ainsi permis d’augmenter leur prestige, par les possessions humaines et territoriales que constituaient leurs immenses empires coloniaux.

La France a alors conquis l’Ouest de l’Afrique ainsi que le Maghreb et Madagascar. La Grande-Bretagne possédait l’Est (Égypte, Soudan) ainsi que l’Afrique du Sud. La Belgique détenait le centre Sud (Congo) et l’Allemagne le Cameroun.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire