Maersk victime d’une cyberattaque mondiale, ses serveurs à l’arrêt

maersk cyberattaque armateur

Ads

Partagez!

Maersk est la plus grande entreprise du Danemark. Le groupe de transport maritime international Maersk a bel et bien été victime d’une cyberattaque de très grosse ampleur. Le virus est un rançongiciel. D’autres géants, comme WPP ou Tchernobyl ont eux aussi été touchés.

Dans un communiqué envoyé à ses clients ce mercredi, le groupe AP Møller-Maersk, confirme que certaines de ses infrastructures informatiques et de communication ont été touchées. Et qu’ils les ont arrêté par mesure de sécurité.

« Pour l’instant, cela signifie ce qui suit: Toutes les opérations d’arrivée immédiate de navires dans les ports se poursuivront comme prévu. L’accès à la plupart des ports n’est pas affecté, mais certains terminaux APM sont affectés et les portes fermées. La cargaison en transit sera déchargée comme prévu. 

À l’heure actuelle, nous sommes malheureusement incapables de fournir de nouveaux devis ou d’accepter de futures réservations. Cependant, nous apprécions grandement votre patience et nous nous réjouissons de transporter votre cargaison dès que cela sera possible.« 

En outre, le communiqué avoue même à demi mot que l’envoie de mails est désormais l’unique moyen pour eux de communiquer avec ses clients.

C’est la première fois qu’un armateur de renommée mondiale est attaqué de la sorte. Ainsi, si cela se généralisait à d’autres armateurs, les attaques informatiques pourraient bloquer une bonne partie du commerce international. Et faire chuter directement de nombreux cours de matières premières, transportées exclusivement par navire.

Communiqué officiel de Maersk:

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper Akouegnon
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Laisser un commentaire