Maroc : Débat autour de l’arrestation d’une journaliste pour «avortement »

Annonces

Partagez!

Des mouvements féministes et ONG réclament la libération de Hajar Raissouni, en détention pour «avortement illégal» et «débauche».

Le cas de Hajar Raissouni, âgée de 28 ans et reporter du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, anime depuis peu les débats au Maroc. Les traditionalistes et les défenseurs des libertés individuelles et des femmes s’affrontent. Dans les faits, la jeune femme a été placée en détention après son arrestation le 31 août dernier à la sortie d’un cabinet médical de Rabat. Elle sera jugée notamment pour «avortement illégal» et «débauche» (sexe hors mariage).

La journaliste risque jusqu’à deux ans de prison, selon le code pénal marocain. Celui-ci sanctionne les relations sexuelles hors mariage et l’avortement quand la vie de la mère n’est pas en danger. Mais, l’intéressée soutient avoir été soignée pour une hémorragie interne. Le parquet de Rabat, de son côté, a détaillé dans un communiqué les éléments médicaux confirmant des «signes de grossesse» et son «avortement».

Son fiancé, qu’elle devait épouser cette semaine, a aussi été arrêté en même temps qu’elle. Le médecin traitant, un infirmier et une secrétaire ont eux aussi été interpellés. Des mouvements féministes mais aussi des organisations de défense des droits humains comme Amnesty international et Human Rights Watch ont appelé à libérer la journaliste. Au nom du respect des libertés individuelles.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Maroc : Débat autour de l’arrestation d’une journaliste pour «avortement »"

Laisser un commentaire