Michel Sidibé : « On n’arrive pas à donner le service qu’on devrait faire aux populations »

Michel SidibéMichel Sidibé

Annonces

Partagez!

« On n’arrive pas à donner à ces populations le service tel qu’on devrait le faire ». C’est l’avis de Michel Sidibé, le directeur exécutif de l’Onusida.

Sous cet angle, il étale une inquiétude totale. A l’en croire sur Rfi, au moins 40 % des nouvelles infections se produisent parmi les populations clefs, c’est-à-dire les populations à risque : les gays, les personnes qui s’injectent la drogue, les travailleuses du sexe, les migrants.

Aujourd’hui, il urge à rectifier le tir avant qu’il ne soit tard. Parce que les chiffres sont alarmants, surtout en Afrique subsaharienne,  trois jeunes filles sur quatre, âgées de 15 à 19 ans, sont concernées par de nouvelles infections.

Les jeunes femmes entre 15 et 24 ans sont deux fois plus susceptibles de vivre avec le VIH que les hommes. Dans certaines régions, les femmes violentées ont une fois et demi plus de risques d’être infectées par le VIH. Michel Sidibé, rappelons-le, est un spécialiste de santé mondiale malien né en 1952. Il est le directeur exécutif de l’ONUSIDA depuis le 1ᵉʳ décembre 2008.

LIRE AUSSI  Nigéria : Un rapport d’Amnesty accuse l’armée nigériane d’abus sexuels

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Michel Sidibé : « On n’arrive pas à donner le service qu’on devrait faire aux populations »"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*