Ouverture des classes au Sénégal : Rentrée des colères

Une des écoles Turques au SénégalUne des écoles Turques au Sénégal

Annonces

Partagez!

Une réunion de crise a eu lieu au Sénégal, entre l’Etat et les responsables de l’école Yavuz Selim SA. Une rencontre qui s’est soldée par un échec ; puisque l’Etat du Sénégal se désiste contre Yavuz Selim, le juge radie la procédure.

« Notre rencontre avec les autorités a fini par un échec dans la mesure où les deux parties ne parlaient pas le même langage », indique le président du conseil d’administration du groupe Yavuz Selim, Madiambal Diagne. Selon lui, lors de leur rencontre avec le ministre de l’intérieur, en présence des autorités du ministère de l’Education nationale, l’Etat du Sénégal avait proposé la mise en place d’une administration provisoire.

« Nous avons accepté de faire une contre proposition, en nous disant que dans une perspective d’épreuve de forces et de bras de fer, s’il y a une dynamique de trouver un compromis, chaque partie devra lâcher du lest. Nous avons accepté la Sénégalisation à 100% de toutes les parts de l’entreprise Yavuz Selim, pour que les enseignants puissent commencer et que la quiétude revienne auprès des parents et élèves », rajoute Madiambal Diagne.

Notre interlocuteur de poursuivre : « aujourd’hui (lundi, ndlr), nous étions venus pour acter une sortie de crise, un compromis. Malheureusement, le ministre de l’Education nationale nous a fait savoir que le gouvernement campe sur sa position et exige l’administration provisoire. Nous avons estimé qu’il fallait sortir les actionnaires français du capital pour permettre une sortie de crise et éviter que tout étranger soit dans le groupe ».

Compte tenu de tout cela, « 403 enfants défavorisés risquent une année blanche » a fait savoir Mamadou Kébé. Il est le président de l’Association des parents d’élèves des écoles Yavuz Selim du Sénégal.

Concernant la bataille judiciaire, le juge a radié la procédure, suite au désistement de l’Etat Sénégalais.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote
Mapote, journaliste Congolais

Be the first to comment on "Ouverture des classes au Sénégal : Rentrée des colères"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher