Patrimoine : Le Cameroun veut le rapatriement de ses objets d’arts

Les objets d’arts du Cameroun

Ads

Partagez!

Des experts en matière de patrimoine culturel se sont réunis autour de la question le 18 mai à Bangoulap dans la région de l’Ouest à l’occasion de la 40e journée internationale des musées.

Lors du dernier symposium sur l’inventaire général du patrimoine culturel national, le ministre des Arts et de la Culture (Minac) avait estimé le nombre d’objet d’arts camerounais exposé au musée de Quai-Branly en France à 6000.

L’on apprenait également par la même occasion que d’autres objets d’arts du Cameroun sont éparpillés dans les musées d’Europe notamment en Allemagne, Italie, mais aussi en Amérique (Etats-Unis). Bien avant le Cameroun, c’est le Benin qui ouvrait le bal des réclamations du retour de ses objets d’arts exposés en France.

Ces objets datant de siècle sont issus de l’ancien royaume du Dahomey. Estimant que ces objets n’ont pas de signification en France, le gouvernement Béninois a commencé des pourparlers avec l’Hexagone pour un éventuel retour.

Il y a quelques jours, les experts en matière de sauvegarde et conservation du patrimoine culturel se sont réunis au centre des cultures Jean Louis Dumas de la fondation Jean Félicien Gacha dans la ville de Bangoulap. L’objectif de cette concertation visait à appeler le gouvernement à œuvrer pour le retour en terre camerounaise des objets d’arts exposés dans les musées occidentaux.

Si certain de ces objets ont été achetés, d’autres par contre ont été pillés ou arrachés violemment à leurs propriétaires. On relève aussi que certains d’entre eux ont été offerts par certains rois aux colons Allemand et Français.

Si plusieurs de ces experts sont unanimes quant-à- un retour de ces objets, d’autres restent réalistes et pensent que la procédure est complexe. Il faut déjà rappeler que pour le cas du Bénin, le gouvernement français avait souligné que les objets d’arts d’origine Béninoise font désormais partie intégrante du domaine français.

Ils sont reconnu par la loi et donc ne saurait être rapatrié au Bénin. Mais certains objets d’arts ont par le passé été rétrocédés au Cameroun. C’est le cas de la statut « d’Afom Akom », partie en 1973 et revenue en 1966. Afom Akom est revenue grâce à une médiation culturelle aboutie. C’est la raison pour laquelle d’autres experts pensent qu’il faut réunir les mêmes conditions pour que d’autres œuvres reviennent.

En rappel, la journée internationale des musées (JIM) est un événement organisé par le Conseil international des musées (ICOM), qui a lieu tous les ans autour du 18 mai. Chaque année, l’événement met en valeur un thème particulier, au cœur des préoccupations de la communauté muséale internationale.

La Journée internationale des musées offre aux professionnels des musées l’opportunité d’aller à la rencontre de leurs visiteurs et d’alerter le public sur les défis auxquels les musées font face. En effet, comme l’indique l’ICOM dans sa définition des musées, un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation.

Par conséquent, la Journée internationale des musées œuvre pour sensibiliser le grand public sur les enjeux actuels des musées dans le développement de la société à l’échelle internationale.