RDC : La FIDH dénonce les massacres

massacres dans le Kassaïmassacres dans le Kassaï

Annonces

Partagez!

En République démocratique du Congo, le calme tarde toujours à revenir. Et pour cause, les forces de sécurité continuent de massacrer les populations civiles. Compte tenu de tout cela, la fédération internationale des droits de l’homme hausse le ton en déplorant l’attitude des forces de sécurité.

Dans un rapport de 100 pages publié le mercredi 20 décembre, elle dénonce des violences d’une « ampleur et d’une gravité sans précédent » perpétrées entre mars et juillet. « Entre au moins fin mars et juin 2017, les populations de l’ethnie luba ont été massacrées dans plusieurs dizaines de villages du territoire de Kamonia (sud de la province du Kasaï) en raison de leur ethnie, de leur supposée affiliation politique à l’opposition et de leur appartenance ou soutien supposé » au chef coutumier, Kamuina Nsapu, lit-on dans ce rapport, basé sur les témoignages de 64 réfugiés, en majorité des Luba, rescapés des massacres, explique le document dont nous détenons une copie.

Les provinces du Kasaï se sont embrasées en septembre 2016 après la mort de Kamuina Nsapu, dans un assaut des forces de sécurité, déclenchant des affrontements avec la milice du même nom, qui ont fait plus de 3 300 morts, selon l’Église catholique. L’ONU a recensé 87 fosses communes et 1,4 million de déplacés. Ces crimes « ont été planifiés, dirigés et menés par des agents de l’État congolais » (armée et police) et « la milice Bana Mura », soutenue par l’armée, affirme l’organisation, qui ajoute qu’ils « ont été perpétrés principalement à des fins politiques et relèvent de crimes contre l’humanité ».

Selon la FIDH, des éléments de Kamuina Nsapu ont perpétré de graves exactions, notamment des « exécutions sommaires, souvent sous la forme de décapitations » et « après des semaines d’affrontements intermittents, les forces de défense et de sécurité congolaises ont déclenché des actes de représailles disproportionnés, et ne visant pas uniquement cette milice ».

Pour ces faits, la FIDH a élevé la voix pour se faire entendre partout dans le monde. Elle interpelle qui de droit, tout en déplorant le comportement des forces de sécurité. Elles continuent de tuer des populations civiles.

LIRE AUSSI  RDC : Joseph Kabila préside le forum pour la paix au Kasaï

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire