RDC : 28 personnes tuées dans des camps de déplacés, selon la Monusco

Annonces

Partagez!

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo a annoncé qu’au moins 28 personnes ont été tuées dans la province de l’Ituri, dans le nord-est du pays.

Au moins 28 civils, dont 12 enfants, ont été tués en deux jours dans la province de l’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo(RDC), a annoncé jeudi l’ONU. Selon la Monusco, la Mission des Nations unies au Congo, 13 civils ont été tués en trois attaques menées dans la nuit de mercredi à jeudi. La première attaque a été repoussée «par l’intervention des Casques bleus», affirme dans un communiqué la Monusco qui condamne cette série d’attaques.

L’attaque visait «les déplacés concentrés autour de la base temporaire de la Monusco» dans un village. Dans leur fuite, les assaillants ont visé deux villages, où ils ont tué deux, puis neuf personnes. «Quinze personnes, dont onze enfants, ont été tuées dans la nuit du (mardi) 17 au (mercredi) 18 septembre», a ajouté la Monusco, qui a répertorié six attaques en deux semaines. Les autorités congolaises attribuent ces attaques «aux hommes de Ngudjolo», une milice locale opérant dans la forêt de Wago, en territoire de Djugu. En juillet dernier, le président congolais Félix Tshisekedi, a promis «d’écraser» ces groupes armés.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "RDC : 28 personnes tuées dans des camps de déplacés, selon la Monusco"

Laisser un commentaire