RDC : Divergences dans les discussions du deuxième round du dialogue

Reprise du dialogue en RDC

Annonces

Partagez!

Après une suspension des travaux, le deuxième round du dialogue reprend ce mardi 13 décembre. Vendredi dernier, le MLC de Jean-Pierre Bemba, ancien rebelle et ancien vice-président congolais, avait boycotté. Les travaux sont dirigés par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Malgré cette suspension de la plénière, il y a lieu de souligner que les échanges n’ont jamais été interrompus.

Selon l’abbé Donatien Nshole, porte-parole de la Cenco, la première commission est chargée de « la gouvernance après le 19 décembre ». La seconde, selon lui, traitera « du calendrier électoral et de la séquence des élections ». La dernière se penchera sur les « mesures de décrispation » du climat politique dans le pays.

Les évêques catholiques envisagent de calmer les uns et les autres au cours de cette reprise qui risque d’être électrique. La tension ne cesse de monter, dit-on, à propos de certaines affaires sur la scène politique. Il s’agit, entre autres, des poursuites engagées contre Kyungu wa Kumwanza et le problème du quota du MLC. Les sanctions américaines et européennes imposées à neuf ténors de la mouvance sont aussi au rendez-vous.

Le cas Moïse Katumbi. Le Rassemblement réclame déjà, à cor et à cri, le retour du patron du TP Mazembe. Ce doit se faire avant la fin de ces assises pour qu’il puisse prendre part aux discussions.

Aussi l’affaire Kyungu wa Kumwanza, le président national de l’Unafec et membre tant du Rassemblement que du G7. Ce dernier est appelé à se présenter devant l’Assemblée Provinciale du Haut Katanga. Il lui est reproché d’avoir littéralement dit des propos injurieux à l’endroit du Président Kabila.

Certains membres du Groupe de 7 partis menacent de quitter la table des négociations par solidarité. Aux dernières nouvelles, l’affaire a, finalement, été renvoyé pour le 27 décembre prochain. Elle reste toutefois pendante et continue, de ce fait, à susciter des passions au sein de l’Opposition.

Par ailleurs, il faut souligner que les assises du centre inter-diocésain n’ont pas encore obtenu la bénédiction de Kengo. Par le fait qu’il exige de participer ou de faire participer un des siens. Toutefois, dans la série de questions qui taraudent les esprits, en haut de la liste, il y a les sanctions occidentales. Elles sont prises contre 9 personnalités congolaises rapprochées au pouvoir de Kinshasa.

Les dialogueurs sont invités à trouver un juste milieu avant le 19 décembre pour éviter une profonde crise.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "RDC : Divergences dans les discussions du deuxième round du dialogue"

Laisser un commentaire