Samy Badibanga : « Une opération humanitaire s’impose au Kasai »

Samy Badibanga

Annonces

Partagez!

Samy Badibanga, ex-Premier Ministre du Congo se joint  à l’appel d’urgence des églises catholiques et protestantes du Congo lancé à la communauté internationale pour une conférence internationale des donateurs pour le Kasaï.  « Une opération humanitaire au Kasaï s’impose pour mettre fin à une situation humaine tragique » a-t-il soutenu.

Pour Samy Badibanga, il  faut dépasser la question des élections. Et arrêter de voir le Congo à travers ses richesses minières. « Les violences, l’insécurité et les massacres aveugles qui terrorisent la population appellent à une remise en question totale de l’action internationale au Congo. Les droits humains élémentaires sont piétinés à grande échelle. Les actes terroristes commis en 2017 contre les enquêteurs de l’ONU et les casques bleus ne doivent pas nous décourager ».

Au contraire, car les valeurs fondatrices de la Charte des Nations Unies sont mises en question sur le sol du Kasaï. Pour les rétablir, une action humanitaire d’urgence s’impose pour apporter au moins une aide alimentaire et médicale, fait-il rappeler. Parce que les moyens manquent cruellement pour une crise négligée jusqu’à maintenant. Il faut une conférence internationale des donateurs. Le Congo est la deuxième population d’Afrique avec près de cent millions d’habitants. L’agenda 2030 des Nations Unies ne sera jamais atteint sans des progrès humains importants au Congo. Et cela se joue aujourd’hui au Kasaï.

Pour le Programme Alimentaire Mondiale, 250.000 enfants vont mourir si une aide alimentaire ne leur est pas apportée d’urgence. La déclaration commune des églises catholiques et protestantes du Congo, faite le 10 décembre à Kinshasa, journée internationale des droits de l’Homme, doivent alerter la communauté internationale. Grâce à elles et à leur réseau sur le terrain, une action d’urgence est réalisable si les financements sont là. Près de 10 milliards de dollars de cuivre et de cobalt sont extraits chaque année dans le pays avant d’être exportés.

Selon Global Witness, 6% seulement de la valeur totale des exportations minières est versé au budget de l’État. Mais comment expliquer aux congolais du Kasaï que la communauté internationale ne peut pas réunir les 812 millions du plan d’action humanitaire 2017 pour la RDC ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher