Gabon : Séraphin Moudounga s’est suicidé

séraphin moudounga

Ads

Partagez!

Séraphin Moudounga, l’ex ministre de la justice gabonaise, vient de se suicider. Proche du Président de la République du Gabon, Séraphin a dévoilé son vrai visage au lendemain de l’élection présidentielle. Nommé sur recommandation de l’ex Président de l’Assemblée Nationale, Ali Bongo Ondimba l’avait pris sous son aile.

Séraphin était premier questeur de 1997 à 2009 de Guy Nzouba Ndama. Quand Ali Bongo a été élu la première fois en 2009, Séraphin Moudounga entre au gouvernement. C’est Guy Nzouba Ndama, alors Président de l’assemblée nationale depuis 15 ans, qui propulse son jeune questeur.

Séraphin Moudounga est nommé Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Lors du remaniement du 28 janvier 2014, il est nommé ministre de la Justice et Garde des sceaux par Daniel Ona Ondo, ainsi que second vice-Premier ministre.

Un couteau dans le dos du Chef de l’Etat

A chacun des passages de Moudounga à la tête d’un ministère, de nombreuses grèves sont déclenchées. Notamment par les syndicats de l’éducation nationale, et des élèves. Plus tard, lors de son passage au ministère de la justice, les magistrats se mettront en grève suite aux nominations du Conseil supérieur de la magistrature. Une première dans l’histoire de la magistrature.

Pourtant, beaucoup savaient ce que préparait le ministre de la justice. Mais Séraphin avait la confiance du Chef de l’Etat. Il l’avait même nommé Vice Premier Ministre. Ali Bongo s’était rendu, pendant la campagne à l’élection présidentielle, dans le fief de Séraphin Moudounga. Et il avait même passé la nuit chez lui à Tchibanga. Preuve de la confiance que le Chef de l’Etat accordait à son ministre.

Saboter l’action du gouvernement de l’intérieur

Séraphin Moudounga était membre du comité permanent du P.D.G, le parti au pouvoir. En temps que coordonnateur provincial de la Nyanga, Séraphin avait la charge de donner les listes des représentants du P.D.G dans les bureaux de vote. Pourtant, les sondages donnaient Ali Bongo vainqueur à 67% dans cette province.

Pour mettre son plan machiavélique à exécution, Séraphin Moudounga donne des consignes aux personnes qu’il nomme, sensées représenter le P.D.G le jour du vote. Objectif, bourrer les urnes et fermer les yeux sur la triche du camp Ping. C’est ainsi que Jean Ping sortira vainqueur de la province à près de 50%, contrairement à ce qu’annonçaient tous les indicateurs. Ses instructions venaient directement de son gourou, Guy Nzouba Ndama. De sources proches, on aurait même retrouvé chez Séraphin la totalité des gadgets du PDG qui lui avaient été confiés.

Selon des sources sécuritaires, Séraphin Moudounga, en temps que ministre de la justice, a utilisé de ses prérogatives de ministre de la justice, pour organiser la sortie de nombreux prisonniers. Une insurrection aurait même eu lieu le jour des résultats du vote. L’intervention des forces de gendarmerie permettra de contrer l’attaque organisée par les repris de justice de Moudounga. Le colonel en charge de la prison finira par être limogé.

Ainsi, il semble donc que l’ex ministre Moudounga avait prévu et planifié ses actions: jeter le discrédit sur le gouvernement d’Ali Bongo depuis l’intérieur et laisser la place à son tuteur, Guy Nzouba Ndama. Celui qui aurait pu marquer l’histoire du Gabon, portera à jamais sur sa descendance, l’image d’un homme brouillon, ayant trahi ses pairs. Un véritable suicide politique.

Quant au Président Ali Bongo, il n’est plus sûr qu’il puisse accorder sa confiance comme il le faisait.

« On apprend tous de nos erreurs… »

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper Akouegnon
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

1 Comment on "Gabon : Séraphin Moudounga s’est suicidé"

  1. Comment pouvez vous ecrire de telles choses.
    Nous etions dans les bureaux de vote de la Nyanga et la vague Ping a ete constatee par tous.

Laisser un commentaire