Il veut être un député des français de l’étranger et un député de France à l’étranger

Guillaume de Bricourt, candidat député

Ads

Partagez!

« Dans le climat de tensions que connaît la France, il n’est pas possible de continuer à se plaindre ou à critiquer, quand nous avons la capacité d’agir pour que les choses changent », a indiqué un des candidats aux élections législatives françaises.

Guillaume de Bricourt, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a décidé de se présenter aux législatives de 2017 aux côtés de l’initiative « 577 Les Indépendant » dans la 10e circonscription des Français hors de France- qui couvre 49 pays. « 577 Les Indépendant » a pour objectif de faire émerger des candidats aux élections législatives de 2017. Les singularités du programme de Guillaume de Bricourt feront de lui un candidat sérieux aux prochaines législatives qui auront lieu les 4 (premier tour) et 18 juin (second tour). L’annonce a été faite à PORT-LOUIS, Île Maurice, le 25 mai 2017.

D’origine bretonne par son père et franco-argentine par sa mère, Guillaume de Bricourt a étudié à Nantes et a créé sa première entreprise à l’âge de 18 ans. En 2008, il décide de partir avec sa femme et ses quatre enfants s’installer à l’île Maurice. Depuis dix ans, Guillaume de BRICOURT dirige une PME comptant 20 salariés dans le domaine du tourisme. Très investi sur son territoire, Guillaume de Bricourt est également président fondateur du Centre des jeunes dirigeants de Maurice (CJD) impliqué à la Chambre de commerce et d’industrie France Maurice, et soutien de l’initiative de labellisation French Tech Maurice.

Les forces indéniables de Guillaume de Bricourt sont son appartenance à la société civile, et le fait qu’il soit un Français de l’étranger, qui n’est pas le cas de tous les candidats de grands partis. Etre français de l’étranger est ici une force, car il est impensable de représenter des Français de l’étranger quand on ne l’est pas soi-même, quand on ne connaît pas de Français expatriés ou de Français binationaux. Pour ses 2 principaux opposant, résider à Paris, n’est pas tant un problème d’éloignement géographique, le digital aujourd’hui fait tomber les distances, non le problème là, et de taille, est l’éloignement sociologique.

Comme tous les autres Français de l’étranger, Guillaume de Bricourt est confronté à tous les sujets liés à la vie quotidienne d’un Français qui vit à l’étranger. Motivé comme jamais, le candidat Guillaume de Bricourt travaillera d’arrache-pied afin de défendre ses sujets d’injustice à l’égard des Français de l’étranger, comme leurs sujets de préoccupations : la justice sociale (prestations sociales et familiales) ; la justice fiscale (CSG/CRDS, loi ALUR, etc.) ; la justice dans l’enseignement (budgets, accueil post-bac, etc.) ; la justice administrative (digitalisation, droit de vote, efficacité consulaire, information expatriation ou retour en France, etc.) ; la sécurité ; le rayonnement de l’image de la France ; les synergies entre les francais de l’étranger (l’idée singulière de Guillaume de Bricourt est là de faire en sorte que les institutions économiques, culturelles, et éducatives françaises de l’étranger se connectent pour créer plus de richesse sur notre circonscription.

Il sera un député des français de l’étranger. Il va s’en dire que Guillaume de Bricourt restera aussi fidèle aux six grands piliers du contrat de législature 577 Les Indépendants de la Droite et du Centre, que sont : la réforme des territoires et l’émergence de leurs talents ; la rénovation par la société civile de la classe politique, des institutions et des modes de gouvernance ; l’accélération de la croissance par la compétitivité et l’innovation ; la sauvegarde de notre protection sociale et des solidarités de proximité ; le pari sur l’éducation, l’instruction et la formation en phase avec les besoins de notre temps ; l’impulsion d’une ambition européenne.

Il sera donc aussi un député de France à l’étranger.

C’est pour toutes ces raisons que Guillaume de Bricourt estime être apte à devenir le député de sa circonscription afin de défendre les intérêts des Français en général et des Français de l’étranger en particulier.

Cela dit, cette première semaine de gouvernement, d’une activité encourageante pour l’avenir, est aussi pleine de symboles : symbole envers nos armées, symbole envers l’Allemagne, symbole envers la moralisation de la classe politique, symbole envers la compétitivité, …, … Guillaume de Bricourt, souhaite, et contrairement aux grands partis LR, PS ou France Insoumise, rester pragmatique, bienveillant et donc constructif envers ces premiers pas, et non dans une opposition stérile et contre productive, comme on peut l’observer beaucoup en ce moment.

Comme il le dit, depuis plusieurs semaines, il votera les lois qui lui paraîtront justes et correspondront à ses valeurs et ses idées pour la France, mais il gardera sa liberté et son indépendance de jugement pour à l’inverse s’opposer à tout ce qui en serait contraire.

Les législatives 2017

Renvoyées au second plan de l’actualité politique et devenues une simple conséquence des présidentielles, les élections législatives sont le véritable enjeu des échéances de 2017.

Les élections législatives permettent ainsi de dégager une majorité à l’Assemblée nationale devant laquelle le Gouvernement est responsable. C’est au premier de ses ministres qu’il revient d’être « absorbé, sans relâche et sans limite, par la conjoncture, politique, parlementaire, économique et administrative ». Le gouvernement et son chef mettent en œuvre le programme sur lequel ont été élus les députés majoritaires dans leurs circonscriptions.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire