Viber, WhatsApp, Line…: les pays qui n’en veulent plus!

OTT

Ads

Partagez!

OTT

Nos applications préférées pourraient-elles être bloquées très bientôt? C’est déjà le cas dans certains pays tels que les Emirats Arabes Unis, l’Egypte, l’Indonésie ou le Maroc! L’effet sur les revenus des opérateurs télécoms de ces services leur fait perdre près de 30% de chiffre d’affaires sur le traffic de communications internationales et près de 20% sur le volume de traffic SMS! Un manque à gagner énorme, alors même que la profitabilité des réseaux télécoms est en recul, et que les opérateurs doivent constamment investir dans les nouvelles technologies.

La VOIP, le cauchemar des opérateurs!

Et pour cause, le consommateur final n’utilise plus les communications traditionnelles d’appels mais de la voix sur IP qui n’est pas facturée directement par l’opérateur.

Les principales applications OTT (Over The Top), à contrario, sont valorisées à plusieurs dizaines de milliards de dollars sur les bourses américaines comme en témoigne le rachat de WhatsApp par Facebook pour 22 milliards de dollars, fin 2014. Une valorisation qui échappe totalement aux opérateurs et aux Etats qui n’en bénéficient pas. Les OTTs les plus connues et qui pourraient disparaître sont:

  1. WhatsApp : 600 millions d’utilisateurs actifs mensuels
  2. Line : 450 millions d’utilisateurs
  3. Viber : 608 millions d’inscrits
  4. Tango : 200 millions d’inscrits
  5. Facebook Messenger : 200 millions

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper Akouegnon
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Be the first to comment on "Viber, WhatsApp, Line…: les pays qui n’en veulent plus!"

Laisser un commentaire