Gabon : les finances de PING dans le rouge

les finances de ping

Annonces

Partagez!

Une campagne présidentielle nécessite de l’argent, beaucoup d’argent. Son financement est la clé de voûte de sa réussite. Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire, ces commissions qui financent la famille Ping.

Gabon, Cameroun, Côte d’Ivoire ont tous participé au versement de commissions aux Ping. Ces commissions ont souvent été liées à des projets en relation avec des sociétés chinoises, notamment Sinohydro. Pourtant, la campagne à l’élection présidentielle de Jean PING bat de l’aile. Les finances du candidat sont dans le rouge. C’est en tout cas ce qui ressort des informations recueillies par Africtelegraph.com. L’ancien président de la commission de l’Union Africaine, Jean PING, comptait sur l’aide de Maître François MEYER pour financer une partie de sa campagne.

Maître MEYER est un avocat reconnu pour être derrière tous les gros contrats de la Chinafrique. C’est lui qui représentait les intérêts de la famille PING dans les affaires, mais aussi le Sénégal dans l’affaire ARCELOR MITAL. Il est à la tête de la société Osiris. Cettepin2 société apparaissait déjà dans un document  réclamant le paiement de commissions que s’était procuré Africtelegraph.com.

A LIRE AUSSI: Gabon: Frank PING incriminé par Sinohydro!

Sur ces nouveaux documents, PING & PING, OSIRIS et FIEX sont toutes trois immatriculées au Centre Lippo situé au 89 Queensway dans  la tour n°2. C’est en fait l’adresse de Multicheck, le spécialiste en société offshore de Hong Kong.

Comment Jean PING procèdera-t-il alors donc pour financer sa campagne? C’est la question que se pose actuellement l’entourage du candidat, qui semble de plus en plus inquiet.

Les finances de Jean PING sont donc au rouge. Et l’argent en provenance de OSIRIS n’arrivera pas. En effet, Maître MEYER est actuellement mis en examen en France. Et il ne souhaite pas attirer l’attention sur ses activités à l’étranger. D’autant plus que la société OSIRIS pourrait lui avoir servi à faire l’évasion fiscale.

Jean PING n’a que très peu investi au Gabon. Cela semble être un frein pour lui aujourd’hui. Ses activités économiques ont toujours été hébergées auprès de sociétés offshores en Chine. Rapatrier son argent n’est plus chose facile, surtout lorsque celui-ci ne sent pas bon… La campagne électorale du candidat pourrait passer inaperçue.

pin1

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Be the first to comment on "Gabon : les finances de PING dans le rouge"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher