Hommage à la femme : Une pensée à Thomas Sankara

Thomas SankaraThomas Sankara

Annonces

Partagez!

Le 08 Mars 1987 , on se rappelle bien des souvenirs. Feu Thomas Sankara, un brave dirigeant africain avait lancé un message fort. Cet homme dynamique et respecté, est différent de certains dirigeants africains d’aujourd’hui. Nous formulons un extrait de son discours à l’occasion de la journée de la femme.

« C’est toujours auprès d’une femme que chacun de nous retourne pour chercher et rechercher la consolation, le courage, l’inspiration pour oser repartir au combat, pour recevoir le conseil qui tempérera des témérités, une irresponsabilité présomptueuse.

C’est toujours auprès d’une femme que nous redevenons des hommes, et chaque homme est un enfant pour chaque femme. Celui qui n’aime pas la femme, celui qui ne respecte pas la femme, celui qui n’honore pas la femme, a méprisé sa propre mère. Par conséquent, celui qui méprise la femme méprise et détruit le lieu focal d’où il est issu, c’est-à-dire qu’il se suicide lui-même parce qu’il estime n’avoir pas de raison d’exister, d’être sorti du sein généreux d’une femme.

Camarades, aucune révolution, et à commencer par notre révolution, ne sera victorieuse tant que les femmes ne seront pas d’abord libérées. Notre lutte, notre révolution sera inachevée tant que nous comprendrons la libération comme celle essentiellement des hommes. Après la libération du prolétaire, il reste la libération de la femme. Camarades, toute femme est la mère d’un homme. Je m’en voudrais en tant qu’homme, en tant que fils, de conseiller et d’indiquer la voie à une femme. La prétention serait de vouloir conseiller sa mère. Mais nous savons aussi que l’indulgence et l’affection de la mère, c’est d’écouter son enfant, même dans les caprices de celui-ci, dans ses rêves, dans ses vanités. Et c’est ce qui me console et m’autorise à m’adresser à vous.

Camarades, il n’y a de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée. Que jamais mes yeux ne voient une société, que jamais, mes pas ne me transportent dans une société où la moitié du peuple est maintenue dans le silence. J’entends le vacarme de ce silence des femmes, je pressens le grondement de leur bourrasque, je sens la furie de leur révolte. J’attends et espère l’irruption féconde de la révolution dont elles traduiront la force et la rigoureuse justesse sorties de leurs entrailles d’opprimées ».

En tout état de cause, l’Afrique d’aujourd’hui manque un dirigeant à l’image de Thomas Sankara. Il était un véritable homme de valeur qui savait vraiment maîtriser les européens. Il était une valeur sûre de l’Afrique. Pauvre Afrique : nos dirigeants d’aujourd’hui se rangent toujours derrière les occidentaux, par peur !

LIRE AUSSI  L’avenir  des jeunes africains se joue t-il en Europe?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Hommage à la femme : Une pensée à Thomas Sankara"

Laisser un commentaire