Burundi : Le premier Etat du monde à se retirer de la CPI

Les parlementaires burundais

Annonces

Partagez!

La chambre basse du parlement burundais a voté, durant une séance plénière de trois heures et demie, le projet de loi portant sur le retrait du Burundi de la Cour Pénale Internationale (CPI). Malgré les inquiétudes soulevées par certains députés, le projet a été adopté. Une satisfaction pour la majorité de la mouvance présidentielle, tandis que d’autres députés minoritaires qualifient cette décision d’erreur politique.

Dès la promulgation de la loi par le président Pierre Nkurunziza, dans les prochains jours, le processus de retrait sera déclenché. Toutefois, il ne prendra effet qu’un an après notification à la Cour, selon les dispositions des Statuts de Rome, le traité fondateur de la CPI.

Adopté par le Conseil des ministres, il y a à peine une semaine, ce projet, selon des sources de la chambre haute du Parlement, devait être envoyé à la présidence le mercredi soir pour sa promulgation. Ce qui fera du Burundi le premier Etat du monde à se retirer de la CPI.

Une marche forcée qui s’explique aux yeux de nombreuses organisations des droits de l’homme comme une volonté de la part de nombreux responsables burundais, épinglés pour leur responsabilité dans les violations massives des droits de l’homme dans de ce pays, d’échapper à la justice internationale.

Les choses sont allées très vite. 94 voix pour, 2 contre et 14 abstentions. L’Assemblée nationale a voté massivement pour le retrait du traité de Rome de la Cour pénale internationale mercredi matin. Puis dans la foulée, ce texte s’est retrouvé deux heures à peine plus tard devant les sénateurs burundais, qui l’ont adopté à l’unanimité.

Le parlement burundais a voté à une écrasante majorité en faveur du retrait de la Cour pénale internationale, malgré les inquiétudes soulevées par certains députés. Cela pourrait aussi inciter les criminels à se réfugier au Burundi, à l’abri de la CPI, peut-on entendre dire.

Le Burundi est engagé dans une marche forcée pour sortir de la Cour pénale internationale. Une décision prise après la sortie d’un rapport d’experts de l’ONU accablant sur de graves violations des droits de l’homme et la création d’une commission internationale d’enquête par la cour des droits de l’homme.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Burundi : Le premier Etat du monde à se retirer de la CPI"

Laisser un commentaire