Cameroun : Les orphelins de guerre retrouvent le sourire

Françoise Etoa et les orphelins

Annonces

Partagez!

Ils se retrouvent ce dimanche à Yaoundé, autour de Françoise Etoa, du Cercle des enfants.

«Un sourire pour les orphelins de guerre». C’est le pari que se donne l’Ong Cercle des enfants, le 28 mai, à Yaoundé. On compte ce jour, environ 500 âmes dont 300 orphelins de guerre, parents, épouses et enfants des soldats tombés sur le champ d’honneur, représentant au moins cinq nationalités différentes.

Ils se sont retrouvé pour dire non à la secte terroriste Boko Haram. Et avoir une mémoire pour les soldats tchadiens, nigérians, nigériens et camerounais morts sur le champ de bataille. La secte islamiste Boko Haram a fait de nombreux enfants orphelins et réfugiés de guerre.

Ainsi, Françoise Etoa, la présidente fondatrice du Cercle des enfants sensibilisés, aide tous ces enfants. Ils ne doivent pas se laisser manipuler par les terroristes qui utilisent les enfants comme porteurs de charges explosives. Celle qui aime à dire, «Je suis une mère. Et la plupart des mères aiment les enfants», reste convaincue que le regard d’un enfant est un regard de vérité, de sincérité et même d’honnêteté.

Bien plus, l’enfant c’est l’avenir, l’avenir de l’humanité. Apporter le Sourire et le Bonheur au maximum de personnes dans le besoin avec solidarité, bienfaisance et générosité est le leitmotiv du Cercle des enfants.

Le 29 novembre 2015, à Yaoundé, lors d’une cérémonie similaire, la présidente du Cercle des enfants avait promis aux orphelins de guerre de «revenir pour eux». Elle a tenu parole. La fin de l’année 2015 coïncidait avec les 10 ans de l’association «la défense de la langue française». Or, défendre la langue française est aussi un acte de solidarité internationale. Françoise Etoa avait voulu que, cet anniversaire soit accompagné d’un grand événement de type humanitaire.

La Guinée Equatoriale, invitée d’honneur en 2015

La cérémonie va se décliner, en une rencontre avec les orphelins de guerre. Rien n’est plus beau, plus pur que le sourire d’un enfant. Sourire innocent rempli d’amour et de sincérité. Ainsi, le pays de Teodoro Obiang Nguema était l’invité spécial de l’événement de novembre 2015.

La raison ? La Guinée Équatoriale avait accepté de financer la construction et l’équipement de la Maison de la Francophonie. Cette dernière comprend une bibliothèque, une infirmerie et a pour objet la promotion de la langue française dans ce pays hispanophone. L’inauguration de ladite Maison avait eu lieu, le 26 novembre 2013, à Bata. De plus, le président de la Guinée Équatoriale qu’accompagnait son épouse Constancia Obiang Nguema, avait procédé à l’inauguration de la Maison de la Francophonie de Bata.

Françoise Etoa, reconvertie dans l’humanitaire

Françoise Etoa œuvre dans les associations caritatives, dont elle en a fait son credo. Après avoir abandonné sa profession de Clerc de notaire, elle a toujours su répondre favorablement aux multiples demandes et sollicitations. Cependant, elle sait réagir régulièrement à la douleur des enfants déshérités, des personnes affligées et en détresse à travers tout le continent africain. Son œuvre est immense. C’est une femme de cœur, humble et généreuse.

Françoise Etoa passe toute sa vie, à se consacrer à la cause des enfants. Après la cérémonie de Yaoundé, en 2015, elle a mis le cap l’année suivante sur le Tchad, afin d’organiser la phase 2 à Ndjamena du concept «les orphelins de guerre».

Comments

commentaires

Actualité africaine

Abonnez-vous à notre newsletter



About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher