Concession forestière : Ali Bongo Ondimba prévient les entreprises non engagées dans la certification

Le président Bongo prévient les sociétés forestières sur la certificationLe président Bongo prévient les sociétés forestières sur la certification

Annonces

Partagez!

Toutes les concessions forestières du Gabon devront avoir à l’horizon 2022 la certification environnementale du Forest Stewardship Council (FSC). Ainsi s’est exprimé le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, au cours d’une visite effectuée dernièrement à la scierie de la société Rougier Gabon,

Lors de la visite de la scierie de la société Rougier Gabon située à Mevang, à 60 km de Ndjolé dans la province du Moyen-Ogooué, Ali Bongo Ondimba a prévenu que toute entreprise non engagée dans le processus de certification se verra retirer son permis.  Pour lui, le label FSC contribuera  à améliorer l’attractivité de la filière bois auprès de potentiels investisseurs.

Toujours selon le chef de l’Etat gabonais, cette certification aura pour effet de stimuler la production locale et la création d’emplois. Elle  répondra à la demande croissante de produits de qualité sur les marchés internationaux.

Norme la plus exigeante dans le secteur bois, le FSC  repose sur plusieurs principes tels que le respect des lois en vigueur dans le pays, des traités internationaux et des principes du FSC, la préservation de la biodiversité, des ressources en eau et des sols et enfin la planification du reboisement et des plantations.

Le FSC permettra de garantir que les forêts sont gérées et exploitées de façon durable et raisonnée. L’entreprise Rougier, grâce à un partenariat public-privé avec l’Etat gabonais via la Caisse des dépôts et des consignations (CDC) exploite une concession forestière de 900 000 hectares et emploie près de 1 600 personnes, majoritairement des Gabonais.

Outre l’aspect environnemental qui est pris en compte, l’entreprise tient compte aussi de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et des populations locales en mettant l’accent sur l’hygiène et la sécurité, le logement, la gestion de l’eau ainsi que l’accès à l’éducation et aux services de santé.

LIRE AUSSI  Gabon : Pourquoi faut-il accélérer les réformes ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire