Congo/ Maison d’arrêt de Brazzaville: Le général Mokoko à l’isolement

Mokoko le généralMokoko le général

Ads

Partagez!

Condamné à 20 ans de prison pour «atteinte à la sécurité intérieure de l’État », l’ex-chef d’État-major des armées congolaise voit ses conditions de détention durcies.

Dans un communiqué publié le 29 avril à Paris, les avocats du général Jean-Marie Michel Mokoko dénoncent le durcissement des conditions de détention de leur client ces dernier temps.

L’ex-chef d’Etat major des armées est selon ces juristes est enfermé 24 heures sur 24, pourtant sa santé se dégrade. Ils font savoir que ce dernier a urgemment  besoin de soins médicaux.

Les juristes font savoir qu’ils disposent d’un permis de communiquer délivré par le juge d’application des peines près du tribunal de grande instance de Brazzaville. Un document qui leur permet de rencontrer leur client.

 A en croire ces derniers, le régisseur de prison aurait reçu les instructions de sa hiérarchie à cet effet. Toute chose qui est selon ces avocats, une nouvelle violation flagrante des droits de la défense du général Mokoko, injustifiable sur le plan juridique.

Après avoir défié le président Dénis Sassou Nguesso à la présidentielle de 2016, le général Mokoko, aujourd’hui âgé de 72 ans purge cette peine pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État ». Plusieurs organismes de droits de l’homme le considèrent comme un prisonnier politique.

LIRE AUSSI Congo : Paulin Makaya reste en détention