Congo : Un autre général devant la Cour criminelle de Brazzaville

Général Norbert DabiraGénéral Norbert Dabira

Ads

Partagez!

Accusé d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, le général Norbert Dabira, 68 ans, ex-dignitaire du régime du président congolais Denis Sassou Nguesso, comparait depuis mardi devant la Cour criminelle de Brazzaville.

Son procès intervient quatre jours après celui du général Jean-Marie Michel Mokoko, 71 ans, qui a été condamné à 20 ans de prison.

Originaire de la région de la Cuvette (nord),  le général Dabira a été arrêté en janvier 2018. Selon l’acte d’accusation qui évoque des conversations téléphoniques en novembre 2017 entre les généraux Dabira et Nianga Ngatsé Mbouala, il est accusé d’avoir voulu recruter au moins deux tireurs d’élite pour abattre l’avion du président Denis Sassou Nguesso au décollage ou à l’atterrissage.

Élevé pourtant au rang de dignitaire en 2001, la Cour a non seulement rejeté la demande de son immunité juridictionnelle évoquée lors de cette audience par la défense. Mais elle s’est déclarée compétente pour juger le général qui a défié Sassou Nguesso à la présidentielle de mars 2016 et avait refusé de reconnaître la réélection contestée du président congolais.

Un autre général, Nianga Ngatsé Mbouala, ancien commandant de la garde républicaine, est cité dans cette affaire en qualité de témoin.

Entre-temps, dans l’autre procès qui vient de s’achever, la défense du général Mokoko a annoncé son intention de saisir les juridictions internationales contre la condamnation de leur client.

LIRE AUSSI  Brazzaville : Les Congolais réagissent à la condamnation du général Mokoko

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire