Crise du Qatar : A quoi jouent les africains?

qatar crise diplomatique africain
Partagez!

La crise diplomatique autour du Qatar gagne l’Afrique. Après la rupture des relations diplomatiques de l’Arabie saoudite avec l’émirat, plusieurs pays du continent prennent position. La Mauritanie mardi, puis les Comores mercredi, rompront leurs relations diplomatiques d »avec Doha.

Le Gabon quant à lui, emboitera le pas aux autres États en soutenant la décision de l’Arabie saoudite. Libreville invite Doha à se conformer aux accords internationaux en matière de lutte antiterroriste. Le Sénégal a quant à lui décidé de rappelé son ambassadeur pour consultation, sans pour autant rompre ses relations diplomatiques. Le Soudan, comme la Somalie, appelle les parties au dialogue. Les deux États proposent d’ailleurs leur aide pour une médiation afin de «protéger les intérêts des pays et des peuples arabes».

La réunion contre le terrorisme qui s’est tenue en Arabie Saoudite en présence de Donald Trump a donc porté ses fruits. Le Qatar a été désigné comme principal supporter et créateur de l’Etat Islamique. Mais personne ne sait comment les américains et les saoudiens ont fait pour convaincre le panel d’africains qui étaient présents.

La tension diplomatique est montée au maximum pour le Qatar. Elle plonge le Qatar dans une crise diplomatique sans précédent. Jamais une vague de condamnations aussi forte n’avait déferlé sur un pays. Le Qatar s’était jusqu’ici appuyé sur la puissante chaine d’information Al Jazeera pour défendre son image, ainsi que le sponsoring des meilleures équipes de football. Mais cela n’a pas suffit à atténuer la crise à laquelle elle n’était visiblement pas préparée.

Afin d’apaiser les choses, le Président de l’Union Africaine s’est proposé d’assurer une médiation. Il faut croire que son offre n’a pas été entendue des parties qui n’ont pas réagi à cette proposition. L’opinion africaine ne comprend pas le positionnement des pays africains en faveur de l’Arabie Saoudite, qui est elle même suspectée de financer des groupes terroristes. Et à juste titre. La France, par exemple, qui est directement prise pour cible par les attaques de l’Etat Islamique, n’a pas osé se prononcé sur le sujet. Il faut dire que le Qatar a investi plusieurs milliards de dollars dans le pays.

Un positionnement des africains stratégique sur le plan diplomatique et économique

Il faut croire que le positionnement des pays africains dans cette crise vise à nouer des relations diplomatiques et économiques plus fortes. C’était déjà le cas avec le récent retour dans l’OPEP du Gabon et de la Guinée Equatoriale. Ainsi les pays qui ont pris position ont décidé de montrer qu’ils pouvaient jouer un rôle dans la diplomatie internationale, de manière groupée. Et que ce rôle peut être essentiel pour ceux qui ont besoin de s’acheter une légitimité, tel que l’Arabie Saoudite. Les européens pris au coup économiquement, ne peuvent se risquer de perdre les investissements de leur partenaire Qatari. Ce qui n’est pas le cas des africains, qui n’ont aujourd’hui que très peu d’intérêts économiques avec ce pays.

Seul le Sénégal était engagé du temps du Président Wade avec l’émirat du Qatar, pour la construction d’infrastructure, dont la corniche de Dakar. Mais depuis l’arrivée de Macky Sall, les relations se sont tendues, surtout après que le Qatar est fait pression pour que Karim Wade soit libéré.

Il faut croire que l’Arabie Saoudite, qui s’était positionné en Afrique uniquement par le financement de mosquée wahabite, pourrait désormais lancer un programme d’investissement plus important, pour ses pairs africains. Biensûr, si les cours du pétrole le permettent.

L’armée qatarie en état d’alerte maximum, l’Iran et la Turquie à la rescousse

En outre, le pays a mis ses troupes en alerte général. Le Qatar a rappelé ses forces engagés au Yemen afin de protéger sa frontière avec l’Arabie Saoudite. Le Qatar suspecte une invasion des troupes saoudiennes, comme cela avait été le cas au Bahrein. Depuis, le Qatar vit sous approvisionnement alimentaire de la Turquie et de l’Iran. Les supermarchés ont été dévalisés, quelques heures après l’annonce de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes.

Enfin, selon plusieurs sources concordantes, les Etats Unis auraient proposé d’absoudre le Qatar contre le paiement d’une forte amende. On parle de 300 milliards de dollars. Une coquête somme, surtout lorsqu’on sait que le Qatar dispose de 310 milliards de dollars d’avoir dans les banques américaines…. Affaire à suivre.

Comments

commentaires

Actualité africaine

SHARE TWEET PIN SHARE

About the Author

Mballa
Destin Mballa, journaliste camerounais.

Be the first to comment on "Crise du Qatar : A quoi jouent les africains?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher