Crise en Libye : Vers un cessez-le-feu durable ?

Annonces

Partagez!

L’envoyé de l’ONU, Ghassan Salamé, a annoncé le 4 février 2020, que les deux camps à savoir la commission militaire 5+5, composée de cinq représentants du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU, et de cinq autres de Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est libyen, sont prêts à changer la trêve en un cessez-le-feu durable.

La crise libyenne inquiète l’opinion internationale qui multiplie les rencontres. La trêve entrée en vigueur en Libye il y a plus de trois semaines, n’a pas été respectée. En effet, les deux camps s’accusent de violer cette trêve. L’émissaire de l’ONU, Ghassan Salamé a dénoncé une fois de plus ce 4 février à Genève, les violations des engagements pris lors de la conférence internationale de Berlin du 19 janvier 2020.

« Nous avons des preuves que chaque camp reçoit des armes et des combattants étrangers, a-t-il déclaré. Les deux camps violent l’embargo sur les armes. Et par conséquent, les pays qui les soutiennent militairement les violent aussi. J’espère que ceux qui exportent ces armes réalisent qu’il y a déjà plus de 20 millions d’armes en circulation en Libye. Cela doit cesser. Le pays n’a pas besoin d’armes supplémentaires », dit-il.

Avec cet accord de principe, donné par les représentants des deux camps, qui est de transformer la trêve en cessez-le-feu durable, Ghassan Salamé, l’émissaire des Nations unies dans le pays, a souligné qu’il faudrait en trouver les modalités.

Lire aussi Gabon : Décès du chercheur de renom Donatien Mavoungou

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Abdoulaye TRAORE
Correspondant Africtelegraph au Burkina.

Be the first to comment on "Crise en Libye : Vers un cessez-le-feu durable ?"

Laisser un commentaire