Diaspora gabonaise et réseaux sociaux : Coup de projecteur sur l’envers de la médaille

la diaspora gabonaise en France

Annonces

Partagez!

Au lieu d’être une source de communication et d’échanges constructifs, les réseaux sociaux deviennent au sein de la diaspora gabonaise le principal outil de haine, de désinformation et d’insultes. Un vrai traquenard !

Depuis que nous avons basculé dans l’ère du tout numérique, les réseaux sociaux bien plus que le téléphone portable sont venus fluidifier les échanges interplanétaires d’un coin vers un autre du globe.

Profitant de cet outil d’échanges, la société gabonaise n’est pas en reste de cette évolution.

Surtout au sein de la génération dite « tout numérique », il n’y a pas une activité qui captive tant leur attention comme l’est le téléphone, véhicule par excellence des échanges sur les réseaux sociaux.

Si l’on peut se réjouir de la montée en puissance de cet outil de communication moderne avec les nombreux avantages qu’il procure à la société comme les coûts des communications revus à la baisse, la multiplication des rencontres contre une réduction des déplacements (donc moins d’efforts physiques), il convient toutefois de ne pas en méconnaitre l’envers de la médaille.

Volontairement ou involontairement, pour des nombreux Gabonais, les réseaux sociaux sont devenus une source de désinformation, du désœuvrement quand ils ne facilitent pas la prostitution, l’anarque, la manipulation des masses et tutti quanti.

C’est malheureusement ce côté nocif qui est beaucoup plus visible au sein la diaspora gabonaise surtout celle implantée en occident qui se signale à travers un activisme de mauvais aloi sans précédent.

Contrairement à d’autres ressortissants africains (Maliens, Sénégalais et autres) qui impactent positivement la vie de leurs pays d’origine par des apports financiers substantiels ou des projets porteurs via ces outils modernes de communication, la diaspora gabonaise, elle, certainement tombée sous le coup du désœuvrement ronge le frein et se complait à pousser  son infantilisation en se servant des réseaux sociaux au titre d’une arme de destruction massive contre leur propre nation.

Ô tempora ! Ô mores ! (Quel temps ! Quelles mœurs !). Si ce n’est pas pour vilipender ou vouer aux gémonies les autorités du pays, des personnalités, les hommes d’affaires ne pouvant assumer la responsabilité de leurs actes, les réseaux sociaux sont devenus pour les Gabonais de la diaspora l’arène de prédilection où ils s’affrontent et s’offrent en spectacle de façon avilissante comme des chiffonniers.

Trempés qu’ils sont dans des querelles byzantines ou des luttes d’influence pour un partage des dividendes, fruits de leurs prolifiques œuvres de chantages, mal tourné.

Les affrontements de triste mémoire du feuilleton mettant en scène deux activistes bien connus des réseaux sociaux se traitant réciproquement de « singe ou de guenon » et l’autre altercation ayant opposé Thibaut Adjatys face à d’autres gourous des réseaux sociaux sont là pour nous le rappeler.

Ailleurs, dans la Rome antique, où l’honneur attaché à la défense de la République était la valeur suprême, des tels actes tendant à attirer la honte de tout un peuple étaient sévèrement condamnés.

LIRE AUSSI Gabon : « Je ne suis pas une guenon ».

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*