Dieudonné Minlama Mintogo exige de Robert Bourgi le remboursement de l’argent du Gabon

Minlama appelle à un front contre Robert Bourgi

Annonces

Partagez!

Proche d’Omar Bongo, Robert Bourgi affirme avoir transporté des valises de billets entre l’Afrique et la France. Les bénéficiaires sont notamment Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, et même Jean-Marie Le Pen… mais pas Nicolas Sarkozy, qui n’aurait pas touché à cet argent « sale ».

Le président d’Ensemble pour la République (EPR) a manifesté ouvertement dimanche dernier toute son indignation aux affirmations de Robert Bourgi et surtout à la diffusion le 6 juillet dernier par la chaine de télévision française France 2 de l’émission « complément d’enquête », consacrée au régime d’Ali Bongo Ondimba.

Dieudonné Minlama Mintogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, exige le remboursement sans conditions par Robert Bourgi, des deniers publics qu’il a perçus de l’ancien président Omar Bongo, en sa qualité d’intermédiaire du réseau France-Afrique, un système mafieux entretenu par la France, pays colonisateur.

Minlama Mintogo exige que Robert Bourgi rembourse l’argent du Gabon qu’il a gagné malhonnêtement. Il est agité aujourd’hui étant donné qu’il a perdu l’un de ses grands protecteurs avec la mort d’Omar Bongo, l’ancien président gabonais, qu’il appelait « Papa ». En 2009, il a tenté vainement de soutenir Ali Bongo. Mais bien vite, les deux hommes se sont brouillés. Le fils Bongo est beaucoup moins attaché à la Françafrique que son défunt père.

A la question de savoir pourquoi il a pris aujourd’hui cette position contre l’avocat Franco-libanais Robert Bourgi, l’ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016 a laissé entendre qu’il soutient le président Ali Bongo Ondimba pour son audace à vouloir mettre définitivement un terme à la France-Afrique.

Robert Bourgi est un menteur. Il a avoué lui-même dans cette émission avoir été écarté par le nouveau président Ali Bongo qu’il avait pourtant soutenu à son élection en 2009.

Le président d’Ensemble pour la République a, au cours de l’entretien avec les médias, annoncé la création sous peu, de la « Coalition internationale contre la France-Afrique ». Dieudonné Minlama Mintogo soutient cette démarche en vue de mettre fin à ce système mafieux qui a plombé depuis des décennies le développement du Gabon, partant même de toute l’Afrique francophone.

Le fait que Robert Bourgi reconnait avoir assuré le transport des mallettes d’argent entre Libreville et Paris pour entretenir les personnalités politiques françaises, de gauche comme de droite, est un fait qu’il doit être poursuivi et traduit en justice. « il ne doit pas être fier d’avoir pillé le Gabon. Nous attendons qu’il nous rende des comptes », a martelé Minlama Mintogo.

Pour rappel, Robert Bourgi est rejeté par une grande partie de la classe politique française qui le juge infréquentable. Et pour cause celui qui se considère comme l’héritier d’Alain Foccart, pilier de la Françafrique et responsable de la main basse de la France sur les richesses de ses anciennes colonies, est mal perçu par l’opinion publique.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire