Les maîtres chanteurs du Gabon : après Péan et Bourgi, voici Tedga!

Attention chantage

Annonces

Partagez!

Robert Bourgi, Catherine Graciet, Eric Laurent, Pierre Péan et Paul Tegda, une liste non exhaustive de journalistes, et maîtres chanteurs du Gabon et du Maroc peu recommandables. Tous ont été cités dans des affaires de chantage d’états africains.

Qui sont ces grabataires et maîtres chanteurs du Gabon, d’une autre époque, qui souhaitent faire leur beurre sur le dos des africains?

deux journalistes véreux

Catherine Graciet, Eric Laurent sont deux journalistes français soupçonnés d’avoir voulu escroquer le roi du Maroc en janvier 2016: ils demandaient une forte somme d’argent (80.000 euros soit 50.000.000 FCFA) afin de surseoir sur l’écriture d’un livre qui aurait pu être fort embarrassant pour le souverain. Leurs conversations ont été enregistrées à leur insu par un émissaire du Maroc qui avait prévenu la police française. Ces derniers ont finalement avoué leur faute devant le juge, et sont actuellement mis en examen.


Robert Bourgi

Robert Bourgi, barbouze, né à Dakar en 1945, d’une famille modeste, il est originaire du Liban. C’est Foccard qui lui donnera la nationalité française en échange de quelques services. Il aurait été transporteur de valises sous l’ère d’Omar Bongo afin de financer les partis politiques français. Depuis la mort de l’ex Chef d’Etat gabonais en 2009, Robert Bourgi n’a plus d’emploi et réclame régulièrement l’aumône auprès des palais présidentiels africains afin qu’ils financent ses « cachets » pour le soigner d’une grave maladie. En 2016, ayant reçu une fin de non recevoir d’Ali Bongo Ondimba pour payer ses déboires financiers, il passera au journal France 24 afin de témoigner toute sa haine contre l’actuel Chef de l’Etat gabonais.

Pierre-Péan-1

Pierre Péan, il se dit journaliste d’investigation français (encore un), et est né en 1938. Il a écrit plusieurs livres sur la politique internationale, qui ont fait coulé beaucoup d’encre: sur le génocide au Rwanda en réfutant l’implication de Française dans la vente d’armes, ou encore la préméditation du massacre par les israéliens de Sabra et Chatila dans le journal Le Monde diplomatique. Le journal en question aura été obligé de publier une note corrigeant ses écrits, après vérifications de traductions erronées apportées par le concerné. « En général, les arguments avancés par Pierre Péan ne sont jamais étoffés de preuves vérifiables, il prend des raccourcis rapides afin d’accuser et d’accabler » raconte un de ses camarades de Sciences Po. En 2015, il a été mis en examen en France pour diffamation contre le Gabon.

paul-tedga

Le dernier en date est camerounais et se nomme Paul Tedga. Après avoir tenté de faire chanter Denis Sassou Nguesso, il s’attaque maintenant à Ali Bongo. Propriétaire d’un journal inconnu appelé Afrique Education, son créneau est de réclamer au locataire du palais du bord de mer, de sponsoriser son journal, en échange de sa clémence vis à vis du pouvoir en place. Il semblerait que ce Monsieur n’ait pas retenu la leçon… Ali Bongo n’a pas cédé au chantage de Péan et de Bourgi, ce n’est pas Tedga qui le bousculera.

 

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Prosper
Prosper possède 15 ans d'expérience dans le journalisme. Il a précedemment travaillé pour le journal le Républicain et Le Scorpion Akéklé à Lomé. Devant la montée en force de la presse en ligne et la chute des presses traditionnelles, il décide de monter le site d'information en ligne AfricTelegraph en 2015 et s'installe au Gabon.

Laisser un commentaire