Gabon – CNC en grève : Jean-François Ndongou baisse les bras…

CNC

Ads

Partagez!

Les agents du Conseil National de la Communication (CNC) ont entamé, le 27 octobre dernier à Libreville, une grève. Ils réclament de meilleures conditions de travail. Les agents comptent aller jusqu’au bout de leurs revendications. Ce qui ne semble pas déranger le Président de l’organisation. Ce dernier a préféré prendre quelques congés…

L’actuelle présidence, semble-t-il, ne s’activera pas à trouver des solutions. Selon les grévistes, le mandat des conseillers se termine dans quelques jours. Pour les agents grévistes, « il y a un manque de volonté pour régler ce mouvement de grève d’autant plus que le président du CNC, Jean-François Ndongou a présidé trois réunions avant d’aller en vacances, pour s’enquérir de la situation ». Mais jusqu’à présent, rien n’a été fait.

Espérant attirer l’attention de leurs responsables, les agents (fonctionnaires et main d’œuvre non-permanente) de cette institution réclament de meilleures conditions de travail. Le CNC ne reçoit plus les journaux qu’il est censé contrôler depuis près de 6 mois. Ce qui fait que ses services sont au chômage technique. « La machine qui nous sert de contrôle des médias tant en radio qu’en télévision (monitoring) est en panne depuis le mois de février« , a laissé entendre un gréviste.

LIRE AUSSI : Gabon : La SEEG ne sait plus comment satisfaire ses abonnés et ses employés…

S’agissant de la rupture de la fourniture des journaux au régulateur, le CNC est aujourd’hui dans l’incapacité de payer une facture de six millions de Fcfa. Ce qui ne se justifie pas, d’après un agent qui fait remarquer que son institution jouit d’une autonomie de gestion financière. Des redevances des radios, télévisions et d’organes de presse sont gérées par le CNC. « On ne peut pas être en train de subir cette situation à cause d’une dette de six millions de francs CFA vis-à-vis du fournisseur depuis le mois d’avril.« 

Malgré les assurances du président de cette institution, les lignes ne semblent pas bouger. Les conseillers techniques et les agents ne perçoivent plus leurs primes depuis bientôt sept mois, en dehors des conseillers-membres. Des primes dont les montants vont de 100. 000 à 300. 000 francs CFA. « Comment concevoir qu’on paie, chaque fin de mois, les Conseillers-membres et les Conseillers techniques et on est incapable de payer les 125 agents qui ne perçoivent que des miettes ? » s’est interrogé un agent.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire