Gabon – Côte d’Ivoire : Le complice de Jean Ping limogé

Mamadi Diané

Annonces

Partagez!

Mamadi Diané, le Conseiller Spécial du Président ivoirien Assane Ouattara a été limogé ce mardi 30 Août 2016 par un décret présidentiel. Il lui est reproché son ingérence dans le processus électoral en cours au Gabon.

« Suite aux informations relatives à l’ingérence de Monsieur Mamadi Diané dans le processus électoral de la République sœur du Gabon, il est mis fin à ses fonctions de Conseiller Spécial à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, à compter de ce jour », peut-on lire dans le communiqué dont nous détenons une copie.

Mamadi Diané a introduit des hackers au Gabon pour diffuser des faux procès-verbaux, a annoncé mardi le Porte-parole du gouvernement gabonais. Il a même passé un coup de fil à l’opposant Jean Ping lui demandant de faire démissionner trois membres de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (Cénap). Dans le but de faire exploser l’institution en séance plénière de délibération des résultats de l’élection présidentielle du 27 Août dernier. Les gabonais sont en attente de ces résultats qui peuvent tomber cette nuit, a annoncé le ministère de l’intérieur dans un communiqué.

La Présidence de la République ivoirienne a condamné cet acte d’ingérence. Elle a, à la même occasion, rassuré les autorités et le peuple gabonais qu’elle tient au strict respect de la souveraineté de la République Gabonaise.

« La Présidence de la République de Côte d’Ivoire réaffirme sa ferme volonté de tout mettre en œuvre pour continuer à préserver les liens d’amitié et de fraternité qui ont toujours existé entre les deux pays », poursuit le communiqué.

L’élection présidentielle gabonaise qui s’est déroulée sans le calme, à la grande satisfaction des observateurs nationaux et internationaux, est au cœur d’une polémique suscitée par le candidat Jean Ping. Il s’est déclaré gagnant le lendemain du scrutin, avant que la Cénap annonce les résultats officiels. Une attitude condamnée par l’Union Africaine et d’autres instances internationales qui ont demandé à tout le monde de se fier à la légalité.

Un groupe d’ivoiriens est également au centre d’un vaste réseau de piratage informatique au Gabon. Il est à l’origine de la publication de faux résultats de l’élection présidentielle via les réseaux sociaux. Ces malfrats ont également mis en place un logiciel dénommé REGAB, qui modifie les résulats. Yeo SIHIFOWA NAMOGOH, le cerveau de ces cybercriminels, est recherché par les services de sécurité gabonaises et ivoiriennes. Selon le Porte-parole du gouvernement gabonais, il serait logé chez Jean Ping.

lire aussi : Piratage informatique: Yeo Sihifowa recherché

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

2 Comments on "Gabon – Côte d’Ivoire : Le complice de Jean Ping limogé"

  1. Monsieur Ping IL Faut Savoir Perdre. Vous Tous Hommes Politique Gabonais Bongo Père Vous Forgé Quand Ali Etait Petit. Aujourdhui Vous Navez Pas Honte De Dire Quil Nest Pas Gabonais.Menteur

  2. ONG Cercle des Alliances Interethniques demande instamment aux gabonais le respect des résultats des urnes donnés par la commission électorale. Nous souhaitons que la bonne foi L’emporte sur les passions. Le Gabon en gagnerait, l’Afrique en gagnerait. Nous osons croire que c’est par conviction sincère que chacun se bat pour être à la tête de nos états. Mais nous trouvons plutôt que les parents ne préoccupe pas nos intellectuels dans leur grande majorité. Si c’est pour se faire voir ou représenter leurs maîtres s’en abstenir. Les Alliances Interethniques nous amène à considérer l’être humain comme acteur sincère de la vie humaine. Il est sacré, donc le protéger et lutter pour son bien être. Méritons beaucoup de nos parents, de nos Ancêtres pour mériter leurs bénédictions et non la malédiction.

Laisser un commentaire