Gabon : Démarrage de la révision de la liste électorale

Révision de la liste électorale au GabonRévision de la liste électorale au Gabon

Annonces

Partagez!

L’opération de révision de la liste électorale démarre ce vendredi 15 juin sur l’ensemble du territoire gabonais.

Un préalable obligatoire à la tenue des élections législatives et locales. Prévue du 15 au 29 juin courant, cette révision est considérée comme un démarrage du processus qui va conduire à l’élection. Bien entendu que les dates du scrutin devront être annoncées par le Centre gabonais des élections (CGE).

Pour le ministre de l’Intérieur, cette révision n’est pas une opération d’inscription tous azimuts des citoyens. Le but de la révision de la liste électorale, a-t-il affirmé, est de permettre à ceux-là dont les noms ont été omis ou mal retranscrits de s’inscrire.

Lambert-Noël Matha, puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’attend à ce que cette opération prenne en compte les citoyens qui ont atteint 18 ans entre les deux révisions. Permettre également aux électeurs, de pouvoir opérer des changements au gré des changements de résidence pour des intérêts économique, politique, etc.

Aussi, s’attend-t-il, que cette opération puisse extraire de la liste électorale, les décédés. Il va s’en dire que l’administration devra disposer des certificats de décès ou des déclarations des électeurs qui font état de la disparition des uns et des autres. Ce qui devrait être vérifié au préalable avant la constitution du fichier devant servir aux scrutins immédiats. A savoir, l’élection des députés, des membres des conseils municipaux et des conseils départementaux.

Lambert-Noël Matha, dans sa conférence de presse de mercredi dernier, a donné d’autres détails. Notamment sur les raisons de la révision d’une liste électorale, la biométrie et ses biens faits. Sans oublier la sécurisation de la liste électorale et des innovations apportées.

Sur la fiche de l’enrôlement pour lutter contre les oublis, on note des ajouts tels que les données téléphoniques de l’agent enrôleur et celui du citoyen. Egalement la limitation des déplacements de citoyens voulant changer de lieu de résidence et de vote en introduisant sur la fiche d’enrôlement les mentions « situation actuelle » et « situation nouvelle ».

A côté de cela, les électeurs ont la possibilité d’accomplir leur devoir citoyen avec pour unique pièce la carte d’électeur, conditionné par la responsabilité pénale et civile de l’agent enrôleur.

Les lieux d’enrôlement sont aussi définis. Les mairies d’arrondissement, les préfectures et les regroupements de villages ont été retenus comme sites d’enrôlement. En attendant les établissements scolaires qui servent encore de cadre pour les examens de fin d’année se libèrent.

En outre, Lambert-Noël Matha a assuré qu’un service d’aide avec des kits numériques permettra aux électeurs de rechercher leurs noms sur les listes. Au terme de cette étape, le ministère table sur l’enregistrement de 20 000 à 25 000 nouveaux électeurs.

LIRE AUSSI  Gabon : La mairie centrale ferme les yeux sur la pénurie des taxis

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire