Gabon / Festivités du 1er mai 2018 du GROUPE CECA-GADIS : Réformer et se projeter dans l’avenir

Michel Essongue et les employés de CECA-GADISMichel Essongue et les employés de CECA-GADIS

Ads

Partagez!

En dépit de la crise drastique qui plombe l’ensemble du tissu économique, le groupe CECA-Gadis continue de croire à ses capacités managériales et surtout à l’implication de toutes les parties prenantes pour espérer des lendemains meilleurs.

Rien, même la crise économique qui bat son plein, n’aura entamé la volonté ni changé les habitudes et les traditions au sein du grand groupe CECA-GADIS.

Comme  à l’accoutumée, à l’occasion de chaque 1er mai, l’ensemble du personnel de ce groupe qui fait dans la grande  distribution s’est retrouvé à l’esplanade de Géant Cecado (Libreville) pour mêler l’utile à l’agréable et partager un repas dans la convivialité.

Masse ouvrière et chaine de commandement étaient bien au rendez-vous drapés dans leurs beaux atours.

Conscients du fait que la crise actuelle est d’une amplitude inhabituelle, les agents du groupe ont mis un point d’honneur à remercier la bienveillance et le savoir-faire de leurs dirigeants.

A CECA-GADIS : le passé, le présent et l’avenir font un

Tout en se réjouissant d’avoir des dirigeants qui savent anticiper sur les conflits sociaux, le secrétaire général, Séraphin Mbadinga, qui parlait au nom du syndicat des travailleurs (Sytraceca), n’a pas tari d’éloges vis-à-vis de l’équipe dirigeante en général et du président directeur général en particulier.

« Nous saluons ici le courage et la volonté de notre président-directeur général que nos acquis sociaux soient préservés et reconduits », a indiqué Séraphin Mbadinga.

Aussi, les agents eux-mêmes reconnaissent-ils que la résilience de leur entreprise réside au bon passage de témoin qui s’opère de génération en génération.

« C’est vous dire aujourd’hui que si cette société tient débout, c’est grâce à nos anciens qui ont été nos prédécesseurs pour écrire l’histoire de la CECA d’hier. Le tour nous revient aujourd’hui d’écrire l’histoire de la CECA de demain », a-t-il déclaré.

D’où l’invite faite par le secrétaire général de Sytraceca aux uns et aux autres pour préserver l’outil de travail, car leur a-t-il exhorté, le travail est un trésor.

Rejetant de faire l’autruche, le président directeur général, a mis l’ensemble du personnel devant ses responsabilités face à la crise de plus en plus rampante.

« La situation est grave, et il nous faut réagir rapidement et avec vigueur, si nous voulons continuer à maintenir la position de notre entreprise dans le paysage économique de notre pays et de garantir nos emplois », a prévenu Michel Essongue.

Pour le président Essongue, l’avenir de la CECA-CADIS n’est pas l’affaire exclusive du comité de direction.

L’esprit d’équipe, principal bouclier

La bataille et la réflexion pour mieux affronter la crise appelle la mutualisation de l’ensemble des intelligences.

« Cette réflexion ne peut être de la seule responsabilité du comité de direction ou des directeurs de départements. Chacun de vous, dans vos différentes positions, a certainement des solutions, des pistes de réflexion, des hypothèses de travail à soumettre à vos hiérarchies respectives », a-t-il martelé.

« Sans vous, il n’y aurait pas de CECA-GADIS », c’est en ces mots plus qu’évocateurs qu’en bon manager, Michel Essongue reconnait « qu’en entreprise, les grandes choses ne sont pas le fait d’un homme, mais d’une équipe » pour paraphraser l’entrepreneur américain et directeur d’Apple, Steve Job.

Raison pour laquelle, pense le président directeur général de CECA-GADIS, c’est avec tous les maillons de l’entreprise que seront relevés les défis à venir.

Pour ce faire, il n’a pas hésité à donner son quitus pour la mise en place immédiate du « comité permanent de concertation  économique et sociale » proposé par l’organisation syndicale du groupe.

Ce comité se veut un outil très important pour le renforcement du partenariat avec les partenaires sociaux qui, non seulement ont écrit l’histoire de CECA d’hier, mais continuent d’écrire celle d’aujourd’hui et écriront l’histoire de demain.

LIRE AUSSI  Gabon : Le Groupe Ceca-Gadis honore 367 de ses agents

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire