Gabon: Ike Ngouoni: « Ali Bongo est aux commandes »

Annonces

Partagez!

Ali Bongo Ondimba est véritablement aux commandes du pays et ne travaille pas pour prouver qu’il est aux commandes.

C’est devant la presse nationale et internationale que le Porte-parole de la Présidence de la République, Ike Ngouoni a indiqué avec force que le seul maître de l’agenda du Président c’est le Président lui-même. Ali Bongo ne répond donc a aucune demande expresse, formulée par la presse internationale.

«Chacun peut le constater. Chacun peut le voir. Ali Bongo est à la tâche. Tous les jours, des décisions sont prises au plus haut sommet de l’Exécutif. Tous les jours, on sent l’impulsion, le rythme donné au niveau des réformes dont le Président est l’unique inspirateur », a déclaré Ike Ngouoni,

Ike Ngouoni est revenu sur l’actualité présidentielle, notamment la célébration de la fête de l’indépendance et l’hommage rendu au Feu Président Léon Mba par Ali Bongo Ondimba qui s’est rendu, en matinée du 16 août, au mausolée Léon Mba pour y rendre hommage au premier Président du Gabon ».

Dépôt de gerbe de fleur, exécution de l’hymne national, salutations personnelles aux membres de la famille de l’illustre défunt, etc, sont autant d’étapes ayant marqué cette cérémonie empreinte de sobriété et de solennité, a indiqué le Porte-parole de la Présidence de la République tout en précisant que le Président de la République est ainsi apparu en pleine forme

En parlant du discours du 16 août, prononcé par Ali Bongo Ondimba, Ike Ngouoni s’est satisfait des annonces de haute importance faites par le Chef de l’Etat lors de cette adresse à la nation, notamment la Transgabonaise, un projet ambitieux et hyper-structurant, qui permettra la circulation des marchandises et la création des emplois et dont le financement a déjà été sécurisé, selon le Porte-parole.

LIRE AUSSI Gabon : Quand la CNR entre en transe collective pour rien

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire