Gabon : Jean Gaspard Ntoutoume Ayi et l’alternance

Jean Gaspard Ntoutoume AyiJean Gaspard Ntoutoume Ayi

Annonces

Partagez!

S’il y’a quelqu’un qui doit se mordre les doigts en ce moment suite à l’acte qu’il a eu à poser, c’est bien Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, commissaire en charge du budget au sein de l’Union nationale, parti de l’opposition que dirige Zacharie Myboto, du reste connu pour ses virulentes critiques contre le régime en place.

Il a maille à partir avec les internautes gabonais qui commencent terriblement à s’agacer de ses lubies souvent exprimées dans un florilège verbal qui frise la condescendance.

Alors que les nombreuses populations l’attendaient sur un autre terrain. Lui qui a rejoint les rangs de l’opposition pour initier une offre politique porteuse d’une nouvelle espérance et un leadership serviteur. Que nenni !

Mais au fil des temps, aussi bien au sein de l’opinion nationale que dans son propre parti, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a fini par révéler de lui le visage d’un prétentieux hors pair.

Imbu qu’il est de sa personne et bourré d’orgueil, ce venin qui précède la chute de tout vaniteux comme cela transpire en Gaspard! Point de tares que le temps ne révèle ! Heureusement !

Du coup, via Facebook ou watsapp, les férus de réseaux sociaux ne tarissent pas de moqueries et de railleries pour visiblement dégonfler cet économiste qui se croirait né de la cuisse de Jupiter.

Qu’aurai-il fait de si grave pour mériter l’acharnement et les piques assassines que lui assène l’opinion populaire de tout kinguelé  et de tout acabit?

Tout est parti en effet d’un tweet de cet économiste lâché le lundi 23 juillet en fin d’après-midi. Son contenu ?

« Le Gabon est gouverné par des compatriotes qui n’ont pas la carrure de diriger le pays » avant d’ajouter en épilogue : « Si vous n’êtes pas désigné par la majorité, il vous est impossible de guider le peuple ».

Des propos, l’on s’en doute bien, teintés de manque de modestie.

Sans doute, alors qu’il s’y attendait le moins possible, son tweet s’est répandu comme une trainée de poudre malheureusement pour son auteur avec un effet négatif bien contraire à ses espérances.

Des commentaires ironiques, moqueurs loin de flatter son ego ont ainsi enflammé la toile.

Extraits : « Ce monsieur est un bluffeur qui se croit au dessus de tout le monde. Il est excessivement prétentieux », a éructé un féru de Facebook avec une pointe de dégoût.

« Il veut tirer beaucoup de fierté de ses réflexions économiques au lieu de rechercher à édifier l’auditoire ou le public par une communication basique », se lamente un autre sur watsapp avant de pointer un doigt accusateur contre le commissaire au budget de l’Union nationale dont il dit  ne pas incarner le profil d’un leadership susceptible de se mettre réellement au service du peuple.

Laissant réagir d’autres pistes croisées face à ce tweet, le comportement de celui qui se fait passer pour l’éminence grise de l’UN est fiché « h »  pour « hautain » au sein de son propre parti.

« Lors des réunions, il n’est pas rare qu’en aparté, il critique nos dirigeants. Il considère par exemple que Zacharie Myboto n’est pas à la hauteur. Il le juge fatigué et ramolli intellectuellement », a livré un haut cadre de l’Union nation sous couvert d’anonymat.

Ce dernier qui reconnait s’être souvent accroché avec lui enfonce le clou : « Il parle beaucoup mais écoute peu. Toute chose qui est contraire à la doctrine du parti reconnu par un creuset d’échanges et d’écoutes mutuels ». Ce n’est pas tout.

Il s’avère aussi que dans d’autres instances comme la BAD ou la BEAC qui ont applaudi les récentes mesures gouvernementales visant à restaurer l’équilibre des finances publiques, l’homme brille par sa capacité à s’attirer la plus grande aura d’antipathie.

Ses arguments tendant à pourfendre les mesures arrêtées par l’exécutif n’ont pas, au demeurant, résisté au crible des critiques d’autres économistes de haut rang œuvrant au sein de ces instances bancaires internationales. Ce qui représente un cinglant désaveux ! Pourquoi alors faire le ngounda ngounda pour à rien !

LIRE AUSSI  Gabon : l’Union sacrée pour la patrie sollicite un débat public

Comments

commentaires

Actualité africaine

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher