Gabon : Le FID pour favoriser la décentralisation et le développement

Le président Ali Bongo lance le FID à FrancevilleLe président Ali Bongo lance le FID à Franceville
Partagez!

La création d’un Fonds d’Initiative Départementale (FID) pour chacun des départements du Gabon est un changement de paradigmes voulu par le président Ali Bongo Ondimba.

Son objectif premier est de financer les projets de développement à la base et offrir à chaque département plus d’autonomie. 48 milliards de francs CFA pour les 48 départements du Gabon, c’est une mesure prise pour impulser le développement de l’intérieur du pays. Un fonds destiné aux projets de développement des départements et qui sera géré par les gouverneurs en concertation avec les préfets et autres élus locaux.

En réalité, le Fonds d’initiative départementale (FID) permet, non seulement d’approfondir la décentralisation en faisant en sorte que les décisions se prennent au plus près des populations et d’accélérer le développement économique en faisant une bonne répartition des richesses sur l’ensemble du territoire. Mais aussi, de soutenir les PME, les agriculteurs, les artisans et autres entrepreneurs dans chaque département du Gabon.

Car ce sont eux qui portent des projets de développement, créent des emplois, améliorent la qualité de vie des populations. Comme le rappelle souvent le chef de l’Etat gabonais, ce fonds va offrir aux jeunes d’autres perspectives que celles d’avoir à quitter leur département d’origine pour venir travailler ou entreprendre dans la capitale ou les grandes métropoles urbaines.

Les gouverneurs, préfets et sous-préfets ont la lourde tâche de participer au développement des localités en misant sur des idées novatrices qui seront proposées par la population. Aux dires du président Ali Bongo Ondimba, cet argent n’a pas été donné pour acheter des voitures ou autres présents, mais il a un but précis. Développer l’arrière pays.

Attention au mamba. Soyez la lumière dans vos provinces respectives en donnant la chance à tout citoyen, surtout les plus démunis, a prévenu. La confiance est placée dans les acteurs locaux : l’Etat confie aux acteurs locaux la charge de développer, à ses côtés, leur territoire. C’est donc une manière de les responsabiliser. Au passage, les différents acteurs, quel que soit leur département, devraient partager leur expérience afin que les bonnes pratiques se diffusent partout.

Concrètement, les 48 milliards de Fcfa seront décaissés annuellement. Il est prévu par année pour chaque département du pays un montant d’un milliard. A la différence des fêtes tournantes, Ali Bongo Ondimba ne compte pas reproduire les mêmes erreurs. Aussi a-t-il déclaré lors de son discours circonstanciel : « ces échecs répétitifs imputables, à tort ou à raison à l’Exécutif, n’ont pas échappé à nos compatriotes. Aujourd’hui les attentes des populations commandent une action publique efficace… avec des projets au plus près des Gabonais et mieux adaptés à leur besoin ».

A en croire le chef de l’Etat, l’argent décaissé rendra les collectivités locales autonomes et réduira par la même occasion l’exode rural. Le FID servira à financer les infrastructures locales, activités génératrices de revenus, équipements sociaux, collectifs, techniques et marchands, projets d’aménagement, projets environnementaux, projets touristiques, service sociaux de base et projets de production à fort impact économique, social et culturel. Raison pour laquelle Ali Bongo Ondimba a une fois de plus martelé à l’endroit des préfets : « Le FID n’est pas prévu pour acheter des véhicules ou retaper les préfectures ».

Par ailleurs, la réussite du FID passe par une cohésion de tous, loin des clivages ethniques et politiques. Tout partira par les préfets et autres élus locaux qui vont regrouper les premiers éléments des projets déposés. Ensuite, lesdits projets sont remontés auprès du gouverneur de province qui s’imprégnera des documents avant que cela soit transmis à la Présidence de la République pour étude des services compétents, suivi de l’ordonnancement et le décaissement des fonds. Les gouverneurs sont les premiers responsables de ce fonds et d’aucuns estiment qu’il faut suffisamment de mécanismes de gestion pour empêcher d’éventuels détournements.

Un arrêté est attendu à cet effet en vue de couvrir l’ensemble des domaines où le fonds va s’exercer. Une fois les mécanismes de gestion établis, les plans sont étudiés et validés par l’ensemble des commissions. Le gouverneur ayant en dernier ressort la possibilité d’accepter ou de reporter. C’est une gestion purement administrative et Il n’y a pas un pouvoir particulier pour le gouverneur. C’est un travail d’équipe et l’ensemble des commissions qui exercera le travail judicieux pour arriver à des décisions à la fois consensuelles et profitables à toute la population. Améliorer le quotidien des Gabonais à travers les mesures prioritaires inhérentes au secteur de la santé, du social, de l’emploi des jeunes et de l’économie.

LIRE AUSSI  Gabon : 2018, une année de cohésion et de réalisations

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Tambwe
Willy Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*