Gabon : Les 300 mètres de quai qui dopent l’économie gabonaise

Le nouveau quai du port d'Owendo

Annonces

Partagez!

Le nouveau quai et la plateforme moderne dédiée à la pêche récemment livrée aux usagers consacrent une véritable bouffée d’oxygène et font gagner un nouveau palier sur l’échelle dans la volonté de diversifier l’économie gabonaise.

Du nouveau au New Owendo International Port (NOIP) qui vient de se doter d’un nouveau quai et un terminal de pêche, une niche d’emplois pour les Gabonais avec en prime 150 emplois directs et 1200 indirects qui créés pendant les travaux. A la baguette, la GSEZ qui consolide sa stature de partenaire stratégique de premier plan.

L’inauguration en a été faite le 8 mai dernier par le chef du gouvernement gabonais, Julien Nkoghe Bekale.

L’arrivée du nouveau quai, d’une extension de 300 mètres, ouvre ainsi la possibilité d’accueillir des navires de plus grand tonnage en simultané avec l’avantage de fluidifier non seulement le trafic mais surtout d’optimiser les capacités opérationnelles sur le site.

 Pour le directeur général adjoint d’Olam Gabon, « Grâce à cette extension, la profondeur à quai a été portée à 13 mètres et le quai peut désormais accueillir trois navires de type Panamax avec une longueur totale de 720 mètres».

La nouvelle infrastructure offre également d’autres avantages substantiels sur le plan fonctionnel.  

Le temps d’attente des navires entrants est considérablement réduit, ce qui constitue un gain en matière de compétitivité et d’efficacité des services du port, soutient-on.

Sortir le secteur de la pêche de l’auberge

Comme un sésame, le nouveau terminal de pêche arrive à point nommé. Longtemps resté au stade embryonnaire, le secteur voit se dessiner des beaux jours avec un terminal dédié à ce domaine porteur de l’économie nationale.

C’est un véritable ouf de soulagement pour les pêcheurs gabonais longtemps tenus en bride par manque d’infrastructures et développement de ce secteur.

Tout en considérant la réalisation du terminal comme une avancée de grande portée, Prisca Koho Nlend, la ministre de la Pêche, n’entend pas en rester à rien qu’à l’accès pour la première fois des thoniers senneurs dans les eaux gabonaises.

 Somme toute, avec cette infrastructure, la GSEZ s’arroge la stature d’un partenaire stratégique hors pair pour l’économie gabonaise.

Les retombées sont immenses. Ces deux outils (quai et terminal de pêche) constituent sans nul doute des leviers majeurs qui font gagner à la diversification de l’économie gabonaise des nouveaux paliers sur l’échelle. 

Non seulement le quai va permettre l’évacuation de plusieurs produits (bois, manganèse et autres), il ouvre du reste des niches d’emplois pour des nombreuses personnes.

On ne ferait pas l’impasse sur les dividendes financières, car au gré de multiplies taxes et autres droits, les caisses de l’Etat ne s’en porteront que mieux renflouées.

Si comme l’a soutenu la ministre de la Pêche, « le  partenaire GSEZ Port  réalise les travaux relatifs à l’installation des équipements techniques pour le débarquement des captures, les chambres frigorifiques pour la conservation, les équipements de ravitaillement pour les navires  et aménage les espaces nécessaires aux ateliers de réparation et maintenance au bénéfice des armements de pêche», sans doute le Gabon pourrait fonder un pan important de son économie sur le regain des activités de pêche à l’instar d’autres pays comme le Maroc, la Mauritanie pionniers dans ce domaine.

Pour l’ensemble d’acteurs intervenant dans la chaine, on ne saurait faire la fine bouche des bénéfices à tirer de ces extensions techniques.

Pêcheurs, vendeurs et consommateurs ne peuvent que trouver leur compte par l’effet domino dû à la réduction du taux d’importation des produits halieutiques consommés au Gabon que devrait générer la nouvelle infrastructure.

Leur satisfaction de manger local, bio et frais en plus de gagner de l’argent grâce au développement du secteur ne peut qu’être apprécié à sa juste valeur et donner du baume aux populations en temps de crise.

LIRE AUSSI Transport maritime: Olam modernine le secteur de la pêche au Gabon

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire