Gabon : Ceux qui ne reconnaissent pas les autorités ne s’exprimeront plus sur les médias publics

Alain-Claude Bilie By Nze, ministre gabonais de la CommunicationAlain-Claude Bilie By Nze, ministre gabonais de la Communication

Annonces

Partagez!

Au Gabon, ceux qui ne reconnaissent pas les autorités en place ne s’exprimeront plus sur les chaînes de télévisions et autres médias publics. C’est le ministre de la communication qui a fait cette annonce.

Alain-Claude Billie By Nze, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a clairement dit que les personnalités politiques refusant de reconnaître le pouvoir en place n’auront plus accès aux médias publics gabonais. S’agit-il d’une décision personnelle, d’une loi ou d’un décret ? L’instruction a été donnée aux responsables des médias publics gabonais par le ministre de la Communication.

Seuls les Gabonais qui reconnaissent le pouvoir en place auront accès à leurs chaînes de télévision ou de radio. C’est-à-dire ceux qui respectent la loi et les institutions républicaines. «Je le répète encore une fois : il est hors de question, sur les chaînes publiques, de donner la parole à quelqu’un qui ne reconnaît pas les autorités en place. Il ira s’exprimer ailleurs que sur les chaînes publiques», a déclaré Alain-Claude Billie By Nze, lundi 28 août, au terme de sa visite à Gabon Télévisions.

Le ministre de la communication a donné ses raisons, mais des réactions et des commentaires ne manquent pas. Nombreux sont ceux qui critiquent cette décision. D’autres sont allés plus loin en infligeant des sanctions à ceux qu’ils qualifient comme des proches du pouvoir gabonais. Ce sont par exemple certains administrateurs des groupes facebook qui ont décidé de ne plus valider les informations publiées par des proches du pouvoir.

Par ailleurs, il y a lieu de noter que selon les statistiques que les medias internet et les réseaux sociaux drainent beaucoup plus de personnes que certains médias publics au Gabon. D’aucuns estiment que cette décision poussera encore plus de Gabonais vers les réseaux sociaux qui ne sont pas vraiment contrôlés. Une information se propage vite via whatsapp, facebook ou twitter.

Pour un observateur que nous avons rencontré à Libreville, « pour qu’on arrive pas à ce genre de décisions, il faut que les uns et les autres comprennent qu’il faut d’abord respecter la loi. Parce que c’est la loi qui couvre tout le monde. En respectant la loi, on rend service à nos enfants puisqu’on leur donne une bonne éducation ».

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Be the first to comment on "Gabon : Ceux qui ne reconnaissent pas les autorités ne s’exprimeront plus sur les médias publics"

Laisser un commentaire