Ghana : Un projet d’une approche novatrice de la gestion de l’hypertension

Annonces

Partagez!

Cette forme de soins axés sur la communauté peut sauver des millions de vies humaines. Elle permet de lutter efficacement contre l’hypertension.

Le projet d’amélioration du contrôle de l’hypertension axé sur la communauté (ComHIP) a testé un nouveau modèle visant à dépister, diagnostiquer et traiter plus précocement l’hypertension.

 La Fondation Novartis et ses partenaires proposent d’installer des postes de dépistage dans des commerces de proximité et des entreprises locales, tout en renforçant les installations existantes.

Cette méthode a permis de dépister des patients qui, sinon, n’auraient jamais été dépistés par une installation de santé traditionnelle. Les infirmières ont soutenu que les outils numériques de santé ont permis de relier les nouveaux points de dépistage.

Cela a permis aux patients de gérer leur pathologie de manière autonome via des messages reçus sur leur téléphone portable. L’approche novatrice de la gestion de l’hypertension est appréciée au Ghana.

Les taux de contrôle de l’hypertension des personnes recrutées et retenues dans le cadre de ce programme pendant plus d’un an ont augmenté, passant de 36 % à 72 %.

Les résultats du projet ComHIP démontrent le potentiel considérable des soins fournis dans la communauté et suggèrent que cette méthode pourrait permettre de sauver des millions de vies si elle était adoptée dans d’autres pays et pour d’autres maladies non-transmissibles.

Outre l’amélioration des taux de contrôle de l’hypertension, les participants ont constaté une diminution moyenne de 12mmHg de leur tension artérielle systolique et de 7mmHg de leur pression artérielle diastolique.

Le projet ComHIP est important car, au Ghana, seules 4 % [1] des personnes atteintes d’hypertension contrôlent leur pathologie, contre 53 % aux Etats-Unis. [2] L’hypertension est le principal facteur de risque des maladies cardiovasculaires – la maladie non-transmissible la plus mortelle.

Ce projet a été mis en œuvre en partenariat avec le Ghana Health Service, FHI360, la Ghana School of Public Health et la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

LIRE AUSSI  Ann Aerts : Aucun acteur ne peut tout seul s’attaquer à l’hypertension

 

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire