Le marché commun africain est entré en vigueur

Ads

Partagez!

Signé par 52 pays africains et ratifié par 22, l’accord portant création de la Zone de Libre-Echange Continentale, la ZLEC est entré en vigueur le 30 mai 2019 dernier. 22, c’était le seuil requis par la commission pour prendre effet. La Gambie est le 22e signataire et sa signature a amorcé l’entrée en vigueur du futur marché africain.

Le commissaire de l’UA pour le commerce et l’industrie Albert Muchanga a célébré la nouvelle en ces termes, à travers son compte Twitter :

« Un jalon historique ! L’Accord de libre-échange africain est entré en vigueur aujourd’hui. Nous célébrons le triomphe de l’intégration économique audacieuse, pragmatique et à l’échelle du continent. Nous lançons le marché commun le 7 juillet 2019 et commençons le voyage de la transformation pour préserver une prospérité inclusive ».

L’ambition de ce projet est de créer le plus vaste marché commun au monde depuis la création de l’Organisation Mondiale du Commerce en 1995.  

L’accord vise à créer un marché unique continental pour les biens et les services avec la libre circulation des biens, des personnes et des investissements, similaire à celui de l’Union Européenne. Et les experts affirment que cela stimulera le commerce en Afrique et renforcera la position du continent dans le commerce mondial, à en croire notre confrère de Jeune Afrique.

Stimuler les échanges intra-continentaux, inciter les investissements directs étrangers et permettre à l’Union Africaine d’acquerir son indépendance financière, sont aussi entre autres ce qui est attendu de la ZLEC.

En discussion depuis 2012, la ZLEC vise à créer un marché commun de 1,2 milliards d’habitants, dont le PIB cumulé avoisinerait 2500 milliards d’euros selon notre confrère de Jeune Afrique.

Sur les 55 pays membres de l’Union africaine, 52 ont porté leur signature depuis le lancement de ce projet il y a un an. Seuls le Benin, l’Érythrée et le Nigéria n’y ont pas encore porté leur signature.

Les pays signataires ont jusqu’au mois de juillet pour en définir les modalités de fonctionnement.

LIRE AUSSSI Financement de l’Union Africaine: Les Etats africains veulent mobiliser plus de 650 milliards de FCFA par an

Comments

commentaires

Actualité africaine

Laisser un commentaire