Le tribunal de première instance d’Abuja juge que l’EFCC a agi illégalement et inconstitutionnellement

Benedict PetersBenedict Peters
Partagez!

Le tribunal de grande instance fédéral du Nigeria a jugé que l’EFCC (Economic and Financial Crimes Commission), Commission nigériane contre les délits économiques et financiers, ne peut déclarer quiconque comme « recherché » sans avoir au préalable obtenu une ordonnance ou sans que la personne ne soit inculpée d’infraction.

Le tribunal a jugé qu’en déclarant Benedict Peters « recherché », l’EFCC a agi illégalement et inconstitutionnellement et a violé le droit de M. Peters à la liberté personnelle et son droit à ne pas être soumis à un traitement inhumain et dégradant.

Benedict Peters, fondateur et PDG d’Aiteo Group a déclaré de son côté que cette décision est une nouvelle étape importante dans le processus légal visant à blanchir mon nom. « Je n’ai pas commis de crime et n’ai pas été inculpé. Je suis certain qu’Aiteo Group et moi-même serons disculpés de tout méfait par les Tribunaux dans les prochaines semaines ou les prochains mois ».

« Aiteo est l’une des plus grandes entreprises nationales d’énergie en Afrique et emploie plus de 300 Nigérians. J’ai hâte de concentrer de nouveau tous mes efforts sur la croissance de notre activité et sur le soutien du développement des sports au Nigeria et dans toute l’Afrique, notamment la CAF Awards, l’équipe de football nationale nigériane et la Coupe du Nigeria de football ».

Le 22 février 2018, Aiteo Group a obtenu une injection interlocutoire du Tribunal de grande instance fédéral du Nigeria empêchant l’EFCC et le procureur général de la Fédération d’interférer avec ses activités commerciales ou de les bloquer.

L’injection interlocutoire empêche l’EFCC et le procureur général de mettre un embargo sur les comptes d’Aiteo ou de les geler, ou de bloquer ses activités de quelque manière que ce soit. Elle empêche aussi l’EFCC et le procureur général d’appliquer une ordonnance de blocage émise par la Crown Court du R.-U. le 19 octobre 2017.

LIRE AUSSI  Gabon : 2018, une année de cohésion et de réalisations

Comments

commentaires

Actualité africaine

SHARE TWEET PIN SHARE

About the Author

Mapote
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Be the first to comment on "Le tribunal de première instance d’Abuja juge que l’EFCC a agi illégalement et inconstitutionnellement"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Afficher
Cacher