Mali : 25 blessés admis aux urgences au lendemain des affrontements

Soumeylou Boubeye Maïga, le Premier ministre malienSoumeylou Boubeye Maïga, le Premier ministre malien

Ads

Partagez!

Le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a démenti formellement et avec vigueur les affirmations de l’opposition.

Le gouvernement est reproché d’avoir fait usage de balles réelles lors des manifestations à Bamako. Ce qui pousse l’opposition à réclamer une enquête, à deux mois de la présidentielle prévue le 29 juillet prochain.

Alors que des sources hospitalières notamment l’hôpital Gabriel Touré de Bamako font état de 25 blessés admis aux urgences au lendemain de ces affrontements, le chef du gouvernement malien a soutenu dimanche qu’aucun manifestant n’a été touché par balle.

Selon lui, personne parmi les blessés n’a passé la nuit à l’hôpital, aucun blessé par balle n’a été enregistré. « C’est une affirmation mensongère et calomnieuse qui relève de l’affabulation et qui n’a d’autre but que de distraire le peuple et le gouvernement malien des préoccupations du moment que sont la paix et la sécurité pour des élections transparentes, justes et crédibles ».

Après un séjour de deux jours au Mali, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré suivre avec préoccupation l’évolution de la situation. Il a appelé toutes les parties au calme et à la retenue afin de maintenir un environnement propice à la tenue d’élections crédibles et transparentes tout en déplorant l’interdiction par le gouvernement de la tenue des manifestations de partis de l’opposition.

Il faut dire que le gouvernement a officiellement convoqué fin avril le corps électoral pour le scrutin du 29 juillet, pour lequel une quinzaine de candidats se sont déjà déclarés. La campagne officielle doit débuter le 7 juillet.

LIRE AUSSI  Mali : IBK repart

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire