Mali : Vers la mobilisation d’un financement en eau potable d’ici horizon 2032

L'eau

Ads

Partagez!

Ouf de soulagement pour le gouvernement malien : il a signé avec la banque islamique de développement (BID) un accord de financement de 44 millions de dollars pour la phase II du projet d’alimentation en eau de kabala (Bamako), qui bénéficiera à quelque 8,5 millions d’habitants de la capitale et des environs.

Une fois achevé, le projet kabila portera la desserte en eau dans cette zone de 60,25 % en 2013 à 75% en 2020, et à terme à 80%. Dans le cadre de la phase II, Suez (ex-Degrémont) est adjudicataire, du contrat de construction de l’usine de traitement d’eau potable de kabala.

D’une capacité de 300 000 m3/j, cette nouvelle usine bénéficie en partie d’un financement de l’Agence française de développement. D’un montant global de 70 millions d’euros dont 17 millions d’euros pour Suez, le contrat prévoit la construction de l’usine en 30 mois et l’assistance technique à l’exploitation pour une durée d’un an. Le projet vise à la fois le développement de l’accès à l’eau potable à Bamako et l’appui à la réforme de l’hydraulique urbaine au plan national.

Il se décline en deux sous objectifs. Il s’agit de l’augmentation à l’horizon 2017 de la disponibilité en eau potable pour environ 1 million d’habitants de la capitale en construisant des infrastructures d’hydraulique urbaine ; et la contribution à une gestion durable et performante du service de l’eau dans le secteur urbain malien, en renforçant les capacités des opérateurs SOMAPEP et SOMAGEP.

Les Bamakois souffrent depuis longtemps du manque d’eau surtout pendant la période de chaleur comme en ce moment. La situation dramatique dans certains quartiers périphériques a même provoqué des interpellations du ministre de l’Energie et de l’Eau à l’Assemblée nationale.

« Nous nous sommes retrouvés pour rechercher les voies et moyens devant contribuer à accélérer la poursuite de la mise en œuvre du Projet d’alimentation en eau portable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala », avait rappelé le ministre malien Mamadou Frankaly Keita.

« Deux défis s’offraient à nous », a souligné le ministre en charge de l’eau. Il s’agissait, notamment de mobiliser le financement de la seconde phase, mais aussi et surtout de nous projeter dans le futur à travers un document de référence permettant de sortir du pilotage à vue : je veux parler du schéma directeur d’alimentation en eau potable de notre capitale d’ici à l’horizon 2032. » Pour lui, cette politique volontariste a pour objectif d’asseoir une cohérence entre la demande en eau et les besoins d’investissements nécessaires au développement du service d’accès à l’eau potable.

Le grand projet structurant de Kabala est en marche depuis le lancement officiel des travaux des réservoirs de stockage et de pose des conduites de transfert d’eau en octobre dernier sur financement de la Banque mondiale.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Mali : Vers la mobilisation d’un financement en eau potable d’ici horizon 2032"

Laisser un commentaire