« Nous allons installer un champ d’expérimentation de la 5G », Lin Mombo

Lin Mombo reçu par le président Ali Bongo Ondimba

Annonces

Partagez!

Le président de l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Lin Mombo, dans un entretien qu’il nous a accordé, apporte des précisions sur l’amalgame qui se créée autour de la question de l’arrivée de la 5G au Gabon.

Africtelegraph : Au sortir l’audience que le président de la République vous a accordée cette semaine, vous avez annoncé l’arrivée très prochaine de la 5G au Gabon. Depuis cette annonce certaines voix s’élèvent pour dénoncer une précipitation de votre part. Que répondez-vous à cette préoccupation ?

Lin Mombo : Je voudrais situer et clarifier mon intervention suite aux instructions de M. le président de la République, Ali Bongo Ondimba, en disant clairement qu’il ne s’agit pas de l’arrivée de la 5G dans le pays, mais plutôt de l’installation d’un champ d’expérimentation de la 5G comme cela se fait partout ailleurs dans le monde pour ceux-là qui s’intéressent à la technologie.

Africtelegraph : Il faut dire que nombreux sont des gabonais qui entendent parler de la 3G, 4G, 5G. De quoi s’agit-il exactement ?

Lin Mombo : La 5G est la dernière génération en matière de téléphonie mobile, c’est une rupture technologique totale avec la 4G, la 3G, la 2G et la 1G qui demande des ressources appropriées, c’est-à-dire des fréquences et des investissements lourds. Elle a une vitesse de 10 G. bite par seconde et 100 fois la 4G. Donc, vous imaginez la ressource essentielle qu’il faudra mettre à la disposition des opérateurs.

Une des raisons pour lesquelles dans mon intervention il ne s’agissait pas de dire que dans un an, voire deux ans, nous aurons en terme fonctionnel et de distribution commerciale la 5G dans le pays. Mais il était plutôt question pour être un peu plus clair de la mise en place d’un champs d’expérimentation de la 5G sur 3 sites : l’hypermarché Mbolo ; le quartier résidentiel de la Sablière et l’immeuble interministériel qui ont été retenus par l’opérateur national Gabon Telecom et le groupe Huawei qui est porteur de la technologie dans le monde, qui installera des îlots d’accès à la 5G afin de permettre une mutation vers la 5G.

Africtelegraph : Combien de temps prendra ce test ?

Lin Mombo : Comme je vous l’ai dit, c’est une période de test. Donc, avec l’opérateur nous nous sommes accordés sur un délai d’un semestre qui pourrait aller jusqu’à un an. Une période qui permettra à l’Etat de décider d’attribuer ou non les fréquences et ressources à l’entreprise promeuteuse de l’expérimentation tout en précisant que notre pays sera le premier pays du continent qui fera l’objet de l’expérimentation de cette technologie.

Africtelegraph : Qu’en est-il de la nouvelle numérotation qui sera mise en place dans les prochains jours ?

Lin Mombo : La problématique est claire, le monde aujourd’hui est transparent et les normes doivent être égales et vous verrez dans tous les pays la numérotation est passée à 9 chiffres pour des raisons de miroir et normes qui nous obligent à nous arrimer. A la suite de celle-ci nous étions confrontés à un problème de saturation, les blocs de numéros de 8 chiffres étaient saturés, d’où cette mutation.

Et vous savez que désormais au Gabon chaque citoyen est détenteur d’au moins 2 voire 3 téléphones et si vous faites le ratio par le nombre d’abonnés c’est le double, donc à peu près plus de 2  millions.

Africtelegraph : Comment ce basculement se fera chez les consommateurs que nous sommes ?

Lin Mombo : Il est important de souligner que la migration vers les 9 chiffres se fera dans la nuit du 15 au 16 novembre 2019. Et dire également nous avons deux opérateurs dominant : Gabon Telecom et Airtel Gabon. Chez Gabon Telecom les préfixes sont le 06, 02 et le 05 et Airtel Gabon c’est le 07 et 04. Pour le cas de Gabon Telecom, pour tous les numéros qui débutent par  le 06 il suffira d’ajouter un 6 après le 0 qui deviendra le 066 suivi du reste du numéro, pour le 02 c’est sera 062 et le 05 – 065. Donc, pour tous les numéros libertis chaque abonné devra ajouter un 6 après le 0.

En revanche, pour le cas spécifique de l’opérateur Airtel Gabon, chaque abonné devra ajouter 7 après le 0, à l’exemple du 07 qui deviendra le 077 suivi des autres chiffres et le 04  – O74.

A l’international nous enlèverons tout simplement le 0 pour faire le 241  suivi du numéro. Nous avons également répondu à une question qui nous revenait à chaque fois, c’est comment changer son répertoire ? Plus d’inquiétudes à ce niveau, chaque opérateur enverra un lien à chaque abonné qui lui permettra de faire une mise à jour automatique de son répertoire à la nouvelle numérotation.

LIRE AUSSI 5G au Gabon : l’ARCEP s’emballe (un peu trop vite…) ?

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire