Le Pentagone arme t-il les Angolais pour tuer les Congolais ?

Le pentagone arme l'AngolaLe pentagone arme l'Angola

Ads

Partagez!

La commission militaire américaine à la chambre de représentants vient d’autoriser Pentagone à vendre les armes à l’Angola. Ce pays d’Afrique centrale va prendre le relaie du Rwanda et l’Ouaganda.

Tout est matérialisé dans un accord signé le mercredi 17 mai 2017 lors d’une rencontre entre le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, et le ministre angolais de la défense.

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous, ou abonnez-vous!

[wcm_restrict plans= »abonnes-politique »]

Dimanche 21 mai 2017, aux environs de deux heures du matin, un mouvement inhabituel des troupes angolaises a été observé le long de la frontière Ouest de la RDC avec l’Angola. De sources concordantes, les militaires de l’infanterie de l’armée angolaise accompagnée des tanks et une artillerie lourde se sont déployés massivement au nord-est de l’Angola pour sécuriser la frontière.

Tout comme on peut le constater, l’Angola vient de renforcer sa présence militaire sur toutes ses frontières avec la République Démocratique du Congo (RDC). Washington rejoint l’Angola et décide d’armer les angolais pour stopper l’afflux des Congolais de la République démocratique du Congo qui fuient leur pays à cause des différents massacres dans la province du Kasaï.

L’organisation des nations Unies (ONU) a déjà dénombré plus de cinquante fosses communes. Des mouvements de troupes de l’armée angolaise ont été signalés à la frontière empêchant l’entrée et la sortie des commerçants et passagers de vaquer à leur occupation.

En autorisant Pentagone à vendre les armes à l’Angola, nombreux estiment qu’il s’agit d’un acte délibéré pour la destruction de l’Afrique centrale en tuant les Congolais. Comment peut-on armer un pays contre un autre pour venir, vampiriser et terroriser les Congolais chez eux, S’interroge-t-on.

[/wcm_restrict]

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire