Production aurifère au Zimbabwe : Baisse de 20 % du fait du déficit électrique

Annonces

Partagez!

Le sous-secteur de l’or a perdu 20 % de sa production potentielle au Zimbabwe, du fait de l’intermittence de la fourniture électrique. La mesure qui a consisté pour les acteurs à prépayer leurs factures électriques en devises extérieures afin de faciliter le processus d’importation d’électricité de la ZESA, la compagnie électrique nationale, n’a pas pu empecher cette baisse de performance.

Selon le rapport State of Mining Sector Survey 2019, « L’ensemble des producteurs d’or a indiqué que les coupures d’électricité ont entraîné des pertes de productivité de plus de 20 % pour la majorité d’entre eux (70 % des enquêtés). Les 30 % de producteurs restants ont pour leur part enregistré des pertes de l’ordre de 10 à 20 % ».

De plus, 80 % des compagnies qui ont répondu ont affirmé subir les délestages pendant plus de 6 heures chaque jour. Contre moins de 6 heures pour la minorité restante.

Après sa performance exceptionnelle de 33,2 tonnes produites en 2018, le secteur qui s’est donné un objectif de 40 tonnes pour cette année se prépare déjà à ne pas l’atteindre. « Nous avons fait face à de nombreuses difficultés, dont les délestages électriques ainsi que des plaintes, émises principalement par les petits producteurs et qui n’ont pas été traitées avec diligence. Cela a grandement contribué à la baisse drastique de la production aurifère », a expliqué Polite Kambamura, le ministre adjoint des Mines et du Développement minier du pays.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Production aurifère au Zimbabwe : Baisse de 20 % du fait du déficit électrique"

Laisser un commentaire