RDC : Les cambistes boudent l’interdiction du gouvernement

cambistesLes cambistes à Kinshasa

Ads

Partagez!

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont récemment interdit les taux de change soient affichés à l’extérieur des bureaux de change.

L’objectif étant de lutter contre les spéculations du franc congolais (Fc) qui ne cesse de se déprécier chaque jour face au dollar américain.

Cette interdiction du gouvernement n’est pas respectée par les cambistes. Dans plusieurs communes de la capitale, on peut encore lire sur les tableaux et les affiches dans la rue le taux d’échange équivalent d’un dollar pour 1 600 francs congolais.

Les tableaux sont encore présents dans les rues malgré l’interdiction d’affichage faite par la Banque centrale du Congo, dont l’objectif est aussi de combattre la dépréciation, voire la chute vertigineuse du franc congolais.

Selon la Banque centrale, ce sont les vendeurs des monnaies qui sont à la base de cette situation et qui s’approvisionnent à des sources obscures, comme pour créditer la thèse du blanchiment d’argent qui s’effectuerait, à grande échelle, sur le marché congolais.

Mais les cambistes estiment que c’est une mesure du gouvernement qui ne sera pas respectée par les populations. Pour certains, c’est une perte de temps inutile. « Nous devons nous référer à la loi de l’offre et de la demande. Nous devons, nous, Congolais faire tout notre possible pour l’exportation ».

Pour les autres qui proposent un peu plus de 1 600 francs congolais pour la devise américaine, au lieu de 1 700 la veille, « cette interdiction doit être accompagnée d’une injection de dollars, de la devise étrangère, on pourrait encore, mais ce n’est pas le cas ».

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

William Tambwe
William Tambwe, chroniqueur et éditorialiste pour Africtelegraph.

Laisser un commentaire