RDC : Toujours en attente du premier gouvernement

Kinshasa en attente de l'investitureKinshasa en attente de l'investiture

Annonces

Partagez!

Qui sera nommé Premier Ministre? La question est imminente et la réponse d’un portrait en pointillés tarde à se dessiner pour un Chef de gouvernement consensuel en République Démocratique du Congo depuis l’investiture du Président Tshisekedi.

Ce n’est pas faute d’avoir consulté les éminences grises mais c’est surtout le fait que la majorité parlementaire doit se dégager après consultation de la part d’un informateur dans l’Assemblée nationale qui en formera le groupe.

C’est un processus rituel

Le Chef du gouvernement partage des prérogatives dans les ministères de souveraineté quoique le Président de la République reste le principal détenteur.

C’est pourquoi Félix Tshisekedi n’a pas besoin de l’homme providentiel, mais celui qui saura donner de l’envergure aux promesses de campagne: état de droits, sécurité, pauvreté, infrastructures routières, etc.

Il faut aller dans l’arène politique où 350 députés du FCC constituent l’essentiel de la donne pour y extraire la machine législative et inverser les pôles du pouvoir. Par ce travail herculéen, dans ce contexte de grandes contemplations que l’on peut arriver à un pas de géant et redonner confiance au président Tshisekedi.

Cette habileté est d’une subtilité telle que certains parlent de débauchage.

L’UDPS avait refusé de siéger à l’Assemblée Nationale en 2011 avec l’interdiction à ses députés de soutenir un pouvoir anti démocratique. Certains ont préféré y rester pour composer avec d’autres formations politiques. C’est une spécificité congolaise.

Dans ce contexte, Félix Tshisekedi cesse d’être chef du parti et élargi ses marges de manœuvre. A certains égards, on comprend pourquoi les tractations ont lieu avant l’heure. Le ministre sortant Bahati  a donné le ton.

Le seul risque est la contrainte de l’Assemblée Nationale qui n’adouberait pas la feuille de route en fonction de la loi des finances. Il faut un accord sur les grandes lignes de la copie. Les critiques sortent rarement lors de ces premiers cent jours traditionnels où les diagnostics sans langue de bois doivent être posés dans tous les secteurs, à commencer par un audit et une évaluation de ce bilan.

Félix Tshisekedi se doit de remettre le pays sur les rails: les dettes, les dépenses publiques, les embauches, les réformes, les bailleurs de fonds internationaux.

Du coup, Tshisekedi ne peut pas bénéficier de l’état de grâce. C’est pourquoi la mise en place d’une nouvelle équipe, d’un autre esprit, d’une motivation démultipliée sont immanquablement attendus. Les premiers résultats seraient applaudis par tous les sept millions d’électeurs.

Plus rien ne peut l’agacer, on découvre déjà sa popularité, plus il compose avec les députés, plus au gré des consensus son message passe, il va étendre les prérogatives pour ne pas jouer à l’équilibriste tant le programme est commun et annihile les divisions partisanes.

De la visibilité, malgré la complexité de la situation exceptionnelle en Afrique Centrale, le président Félix Tshisekedi en a besoin pour que redémarre le sous-continent sous les feux de l’actualité et éviter l’épée de Damoclès.

LIRE AUSSI Sommet d’Addis-Abeba : L’offensive diplomatique de Tshisekedi

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Laisser un commentaire