Rwanda : Rebondissement dans l’enquête sur l’attentat contre le président Habyarimana

Hakainde Hichilema

Ads

Partagez!

La justice française vient de lancer une nouvelle commission rogatoire internationale pour entendre le général Kayumba Nyamwasa. L’attentat contre l’avion de Juvénal Habyarimana, ancien président du Rwanda, promet de faire des révélations. Deux nouveaux juges d’instruction français ont été désignés pour entendre l’ancien chef d’état-major, puis chef des renseignements rwandais, réfugié depuis quelques années en Afrique du Sud.

Pourtant, cette affaire considérée comme close en janvier dernier, vient d’être relancée à la suite d’une déposition devant notaire versée à l’enquête en Afrique du Sud en juin dernier. Dans celle-ci, le général a nié sa participation dans l’attentat contre l’ancien président du Rwanda. Il accuse à nouveau Paul Kagamé, l’actuel président du Rwanda, d’avoir organisé cette attaque contre l’avion de l’ex-président Hutu rwandais Habyarimana.

Faustin Kayumba Nyamwasa, perçu comme étant un témoin clé et comme un acteur important dans ces évènements violents de 1994, sera entendu par les juges d’instruction français Jean-Marc Herbaut et Nathalie Poux, qui ont annoncé l’envoi d’une nouvelle commission rogatoire internationale en Afrique du Sud.

Plusieurs réactions sont enregistrées au sujet de cet attentat du 6 avril 1994 contre l’avion du président Juvénal Habyarimana, considéré comme étant l’événement déclencheur du génocide rwandais qui a fait au moins 800.000 morts.

Pour Maître Léon Lef Forster, l’avocat qui défend sept personnes proches du président Paul Kagame et qui sont mises en examen, il s’agit tout simplement d’une manipulation. Il envisage pour ce faire de contester cette commission rogatoire en raison d’un vice de procédure. Ce rebondissement, selon lui, est une tentative de déstabilisation du Rwanda.

Il y a lieu de noter que Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’état-major de l’armée rwandaise, passé à la dissidence et exilé en Afrique du Sud, bien que mis en examen dans ce dossier, accuse, depuis plusieurs années, Paul Kagame d’être l’instigateur de l’attentat qui a coûté la vie à Juvénal Habyarimana. Cet attentat est considéré comme l’élément déclencheur du génocide en 1994. Devenu opposant à l’actuel chef de l’Etat rwandais, Faustin Kayumba Nyamwasa a renouvelé sa demande pour être entendu.

De son côté, Paul Kagamé s’est exprimé en ces termes : « le système judiciaire du Rwanda n’est pas aux ordres de la France ni des intérêts de la France ». « C’est la France qui devrait être jugée, pas qui que ce soit au Rwanda et pas les Rwandais », a-t-il martelé. Le Chef de l’Etat Rwandais a fait cette déclaration ce lundi devant plusieurs magistrats, de militaires et de membres du gouvernement. A l’époque de cet assassinat, Paul Kagamé dirigeait la rébellion tutsie.

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Lazard Obiang
Lazard possède 10 ans d'expérience dans le journalisme en ligne. Il s'occupe pour AfricTelegraph de l'actualité politique et économique au Cameroun, au Gabon et au Congo. Il travaille avec différentes presse en ligne au Gabon notemmant lenouveaugabon.com.

Be the first to comment on "Rwanda : Rebondissement dans l’enquête sur l’attentat contre le président Habyarimana"

Laisser un commentaire