Secteur pétrolier gabonais: Les priorités du nouveau ministre

Ads

Partagez!

Depuis le 10 juin dernier, le Gabon a un nouveau ministre du pétrole et des hydrocarbures. C’est l’ex ministre délégué au budget puis à l’économie Noël Mboumba qui a succédé à Pascal Houangni Ambourouet. 

Cet homme qui a passé plus de vingt ans dans le secteur pétrolier (chez Elf Aquitaine, devenu Total, de 1994 à 2004, année dont il sort diplômé de l’Edhec de Nice, avant de devenir de 2005 à 2015 directeur financier au Gabon au sein de plusieurs compagnies pétrolières : Perenco, Maurel et Prom, Baker Hughes et Halliburton) a déjà plusieurs priorités à son compteur.

Il y a tout d’abord la finalisation du nouveau code pétrolier, plus favorable aux entreprises que celui édicté en 2014. Déjà adopté par l’Assemblée Nationale, M. Mboumba espère qu’il sera adopté à son tour par le Sénat « fin juin », de sorte qu’il puisse être promulgué rapidement par le Président Ali Bongo.

Ce quinquagénaire natif de Tchibanga au Sud du pays devra ensuite mener à bien la mise aux enchères de 35 blocs pétroliers en offshore entre les mois de juin et septembre, dont certains seront accordés de gré à gré avec les majors dans l’attribution de certains blocs. Fin négociateur de par son experience avec les syndicats, le nouveau ministre devra optimiser la part dévolue à l’Etat gabonais.

Et ce n’est pas tout pour ce proche du directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga qui devra aussi fluidifier les discussions dans le secteur entre les différents acteurs, internationaux (les majors pétrolières) comme nationaux (GOC, GOM, Sogara, etc.). De ce point de vue, ses bonnes relations avec l’autre homme fort du secteur pétrolier gabonais, Christian Patrichi Tanasa, lui aussi proche du Directeur de cabinet du président, Brice Laccruche Alihanga, devrait lui faciliter la tâche. Enfin, il devra communier la remontée annoncée des prix du baril de pétrole et la diversification de l’économie gabonaise pour une meilleure prospérité du pays. Il est réputé pour sa capacité de travail et au pays d’Omar Bongo, l’on ne se fait pas de doute que tous ces défis soient à sa portée.

LIRE AUSSI BAD: Akinwumi Adesina veut briguer un second mandat

Comments

commentaires

Actualité africaine

Laisser un commentaire