Sénégal: « Bus Rapid Transit », un projet financé par la Banque mondiale

Ads

Partagez!

La Banque mondiale félicite le gouvernement du Sénégal à travers son Plan Sénégal Émergent qui a adopté une stratégie d’ensemble cohérente favorisant la marche à pied et le transport public au détriment du véhicule particulier.

Mme Louise Directeur des opérations estime que le projet « Bus Rapid Transit », le TER et la restructuration du réseau de Transports Publics autour de deux axes sont les piliers d’une bonne stratégie qui vont permettre d’apporter une solution durable aux problèmes de mobilité et de congestion à Dakar.

BRT ou Bus Rapid Transit est un système de bus sur voies réservées. Futur axe structurant de transport de masse, il est le seul projet transport inscrit au titre des engagements du Sénégal dans le cadre de l’accord Climat de Paris. Ses impacts seront considérables pour la population, y compris les plus vulnérables à court, moyen et long terme.

Son objectif est d’assurer quotidiennement le transport de 300.000 personnes entre Guédiawaye et le centre de Dakar-ville, avec des pics de 26 000 passagers aux heures de pointe. Ces usagers, appartenant à toutes les classes d’âges et à tous les groupes sociaux des plus défavorisées aux plus nantis, auront ainsi accès à un système de transport en commun sécurisé, fiable et abordable.

En réduisant le temps de trajet, le BRT va aussi permettre à 69% des résidents de Dakar d’accéder au Centre-Ville en moins d’une heure en Transport Publics contre 57%. Les usagers bénéficieront également d’un système de transport moins polluant. Pour la directrice des opérations de la banque mondiale, le  Projet de BRT est aussi un projet innovant et a plus d’un titre. Il est, en effet, le premier système de bus sur voies réservées à haute capacité en Afrique francophone et le premier PPP en transports urbains au Sénégal.

Il s’agit aussi d’un projet écologique avec des stations avec panneaux solaires, des bus moins polluants grâce à l’introduction d’une qualité de diesel au standard internationaux, une expérimentation en vue de bus hybride ou électriques. Il va également permettre la mise en place d’une tarification intégrée permettant de passer d’un mode de transport à l’autre avec le même ticket. E effet, le BRT ne va pas se substituer au transport existant, il va, au contraire, s’intégrer au réseau de transport existant, et d’ailleurs les opérateurs locaux ont même la possibilité de prendre des participations au capital de l’opérateur du BRT.

Le montage du projet est aussi un motif de satisfaction  puisqu’’il implique différents partenaires au développement du Sénégal dont la Banque Européenne d’Investissement. Le BRT est le plus grand projet financé par la Banque mondiale au Sénégal avec un investissement de 300 millions de dollars de l’IDA approuvé en mai 2017, un appui-conseil de la SFI pour le recrutement de l’opérateur qui investira à hauteur de 54 million de dollars, une subvention 35 millions de dollars attendus du Fonds Verts Climat ainsi qu’un prêt de 80 millions de la BEI » a-t-elle déclaré.

Pour Mme Louise, ces  investissements ainsi que la contrepartie de 15 milliards de Francs CFA du Gouvernement permettront d’exécuter le projet d’une manière efficace.

LIRE AUSSI  Banque mondiale : Un échelon de plus pour le Sénégalais Makhtar Diop

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire