Sénégal: Karim Wade exige un audit de la gestion des finances publiques

Ads

Partagez!

Karim Wade, le fils de l’ancien président a écrit une lettre ouverte aux bailleurs de fonds du Sénégal pour exiger un audit sur les finances publiques

Je vous écris en tant que candidat du premier parti d’opposition, le Parti Démocratique Sénégalais, et de la coalition Karim Président 2019 pour demander la réalisation immédiate d’un audit des finances publiques et d’un état des lieux de la situation économique et financière.

A quelques semaines de l’élection présidentielle du 24 février 2019 et en marge de la réunion du groupe consultatif organisée par le chef de l’Etat sortant, Il est impératif que le Président de la République, qui sera très probablement issu de l’opposition, puisse connaître l’étendue des dégâts causés par son prédécesseur » peut-on lire dans la lettre.

Pour le fils de l’ancien président du Sénégal, la plupart des indicateurs économiques et financiers sont au rouge, la situation est alarmante et les Sénégalais le ressentent fortement dans leur vie quotidienne. Les finances publiques accusent une tension de trésorerie extrême, les arriérés de dette intérieure et extérieure atteignent un niveau record, la situation monétaire est caractérisée par une grave crise de liquidité bancaire qui affecte surtout les banques les plus engagées dans le financement de l’économie et menace l’existence des PME/PMI.

Karim Wade a  également relevé dans sa lettre la chute du volume des exportations, le ralentissement de l’activité industrielle ainsi que le quasi-arrêt des projets de l’Etat qui n’arrive plus à payer ses prestataires et ses fournisseurs 

Selon lui, Macky Sall a commis de très graves erreurs, notamment dans la gestion du secteur de l’énergie qui menace à très court terme, l’approvisionnement du pays en hydrocarbures et, par conséquent, la fourniture de la population en électricité. Des créances importantes des acteurs du secteur privé national sont aujourd’hui impayées, ce qui ralentit fortement l’activité économique et engendre un chômage devenu endémique.

Karim Wade se plaint aussi de l’endettement du Sénégal qui, selon lui, est survenu depuis son arrivée au pouvoir en 2012, hypothéquant l’avenir des générations futures et de notre vaillante jeunesse. « Dès 2014, il a accéléré cet endettement en mettant le Sénégal en danger d’insolvabilité et de défaillance vis-à-vis de ses créanciers.

Par ailleurs, il a également créé de la dette en toute illégalité sans autorisation de l’Assemblée nationale en contournant le code des marchés publics afin de donner des marchés surfacturés à son clan en émettant pour des centaines de milliards de F. FCFA de lettres de confort. Le plus grave est que le pays ne retrouve aucune contrepartie de cette accélération de l’augmentation du stock de la dette, en termes d’amélioration du bien-être de la population, d’augmentation du pouvoir d’achat, de satisfaction de la demande sociale et de construction de nouvelles infrastructures publiques dans les secteurs prioritaires.

Sous la gestion de Macky Sall, dit-il, le pays a aussi modifié dangereusement la structure de son endettement en termes d’échéance, de taux d’intérêt, de type de bailleurs et de devises Karim Wade reproche au chef de l’Etat Sénégalais son incapacité à régler les arriérés de 16 milliards de F.CFA dues à des écoles professionnelles et supérieures privées qui sont obligées de renvoyer 40.000 étudiants .

Concernant le pétrole et le gaz, Karim Wade indique que « le chef de l’Etat, Macky Sall a octroyé à la société unipersonnelle de son frère des permis qu’il contrôle par un jeu de poupées russes de sociétés écrans logées dans les paradis fiscaux et par l’utilisation de prête-noms ».Compte-tenu des liens étroits que le Sénégal a entretenus depuis des décennies avec les pays membres du FMI et les institutions financières internationales appuyant le développement économique et social de notre pays.

Le fils de l’ancien président sollicite l’implication des partenaires privilégiés pour réaliser, avant la prochaine élection présidentielle, un état des lieux sans complaisance et en toute transparence des finances publiques, un audit de la dette publique sénégalaise et un recensement des nombreux arriérés publics, dont personne ne connaît aujourd’hui le montant réel.

RECHERCHER :HOMEPOLITIQUE

LIRE AUSSI  Karim Wade : « Je vais battre Macky Sall en 2019 »

Comments

commentaires

Actualité africaine

About the Author

Mapote Gaye
Mapote Gaye journaliste Sénégalais Consultant. Formateur en communication, Marketing et Management

Laisser un commentaire