Tchad : La peine de mort abolie

Ads

Partagez!

Les députés tchadiens ont voté mardi à l’unanimité l’abolition de la peine de mort qui n’était applicable que pour des faits de terrorisme.

L’Assemblée nationale tchadienne a voté mardi à l’unanimité, l’abolition de la peine de mort jusque-là applicable pour des faits de terrorisme. La loi votée ce 28 avril 2020 a pour but «d’harmoniser notre contre le terrorisme avec celles de tous les pays du G5 Sahel qui ne prévoient pas la peine de mort pour les actes de terrorisme», a déclaré le ministre de la Justice, Djimet Arabi, à l’origine de ce projet.

Le G5 Sahel est une organisation régionale qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Outre le Burkina Faso qui a aboli la peine de mort, elle est toujours autorisée dans les autres pays même si elle n’est plus appliquée depuis des années. Cette loi doit encore être promulguée par le président Idriss Deby Itno.

La nouvelle est accueillie avec joie par les défenseurs des droits de l’Homme. «Nous saluons cette décision d’abolir la peine de mort par le législateur tchadien. La logique de tuer un homme pour le punir d’avoir lui-même enlevé la vie à un autre est absurde», a déclaré à l’AFP Jean Bosco Manga, fondateur du Mouvement citoyen pour la préservation des libertés au Tchad.

Les dernières exécutions des condamnés à mort remontent en 2015 au Tchad qui fait face aux attaques djihadistes. Cette année-là, 10 membres de la secte terroriste Boko Haram avaient été fusillés, après avoir été condamnés pour un double attentat-suicide à N’Djamena, la capitale.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Be the first to comment on "Tchad : La peine de mort abolie"

Laisser un commentaire