Télécoms: Huawei continue de croître Malgré la crise avec les Etats-Unis

Annonces

Partagez!

Contrairement au déclin que d’aucuns lui prédisaient, Huawei, le géant chinois semble survivre aux mesures américaines de rétorsion et affiche même une hausse de 23 % de son chiffre d’affaires au premier semestre.

Très faiblement affecté, c’est le constat que laisse voir le géant des télécoms malgré les pressions américaines exercées depuis le mois de mai. En tout cas, pour le moment.

52,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires (soit une hausse de 23 %) au premier semestre, 118 millions de smartphones écoulés sur la même période, Huawei conserve sa deuxième place mondiale derrière Samsung et devant Apple. Une véritable performance vu le contexte.

Cible au mois de mai dernier d’un décret de Donald Trump interdisant aux entreprises américaines de vendre des technologies à des partenaires étrangers présentant des risques pour la sécurité nationale, Huawei s’est ainsi retrouvé exclu de l’écosystème d’Android pour ses futurs terminaux.

Partenaires télécoms et clients grand public auraient pu être tentés de cesser d’acheter du Huawei depuis deux mois, mais la confiance demeure visiblement, sans compter que le marché chinois est resté bien évidemment totalement préservé.  

Lors d’une conférence de presse en parallèle de la présentation des résultats financiers en Chine, Shi Weiliang, le directeur général de Huawei France, s’est montré particulièrement confiant. « Nous travaillons avec les quatre gros opérateurs français pour la 5G et aucun d’eux n’a annulé ses commandes. Personne ne nous exclut des appels d’offres », a-t-il souligné.

« Du côté du grand public, nous avons enregistré une légère baisse des ventes de smartphones durant quelques semaines mais cela n’a pas duré. Et nous espérons pouvoir compenser ce recul au deuxième semestre », a-t-il détaillé.

Le géant chinois appelle maintenant de ses vœux un rapprochement entre la Chine et l’Europe pour créer une alternative à la domination américaine. « Nous n’avons pas peur de cette crise : elle va nous renforcer dans le futur, mais nous ne pouvons pas travailler seuls. C’est une opportunité pour la Chine de créer avec l’Europe un autre écosystème technologique, à la fois autour des systèmes d’exploitation et des processeurs. Nous devons devenir autonomes », a avancé Shi Weiliang.

Comments

commentaires

Actualité africaine

Laisser un commentaire